Tag: slider

Marrakech : City Guide

Maroc Marrakech

Marrakech : City Guide

En Juin dernier, nous nous sommes envolés pour une nouvelle destination, un nouveau pays, et même un nouveau continent. C’est en Afrique du Nord – au Maroc – et plus précisément à Marrakech (en arabe : مراكش), que nous nous sommes évadés le temps d’un week-end prolongé. À notre descente de l’avion, la chaleur (humaine et météorologique), l’ambiance, les couleurs, tout laissait présager que ce serait un merveilleux voyage : et ce fût le cas ! Dans ce city guide, comme à mon habitude, je reviendrai sur nos bonnes adresses, nos bons plans et nos découvertes dans la Ville Rouge.

Les-toits-de-Marrakech

Quoi visiter à Marrakech ?

Marrakech est divisée en deux parties : la Médina (la vieille ville) et la ville nouvelle (moderne, que les locaux qualifient souvent d’européenne). L’essentiel des visites que nous avons faites ont eu lieu dans la partie historique de Marrakech, excepté le magnifique Jardin Majorelle rendu célèbre par l’iconique Yves Saint Laurent.

  • La place Jemaa el-Fna : située au sud-ouest de la Médina, cette place publique fût le point de départ de bon nombre de nos excursions. Très animée de jour comme de nuit, elle deviendra forcément ton point de repère lorsque tu t’aventureras dans les souks.

Place Jemaa el Fna

  • Les souks : répartis sur au moins vingt hectares de la vielle ville, les souks sont un passage incontournable de la culture arabe (eh oui, ils n’existent pas uniquement au Maroc). On y déniche des souvenirs uniques que l’on aura marchandés, on y découvre plusieurs pans de la culture nord-africaine (les merveilleux tapis berbères, les épices les plus exotiques, la vaisselle la plus colorée), on s’y perd à souhait… Dans ce dédale de ruelles, il est parfois compliqué – pour ne pas dire impossible – de s’y retrouver. À ce sujet, de nombreux jeunes vous proposeront avec insistance leur aide : à noter qu’ils attendront systématiquement une pièce en retour.

Souks-de-Marrakech

  • Le palais Bahia (entrée : 10 dirhams) : situé dans le quartier de Mellah, j’ai été totalement éblouie par ce monument. Savant mélange de mosaïques, bois, marbre, plantes verdoyantes, fontaines, patios, ou encore pièces cachées : ce lieu appelle tout autant à la découverte qu’à la sérénité.

Palais-Bahia

  • Le jardin Majorelle (entrée 70 dirhams, + 30 dirhams pour visiter le musée berbère) : acheté par Yves Saint Laurent et Pierre Bergé en 1980, ce coin de verdure exceptionnel et si photogénique est à ne pas manquer. On s’y sent bien : c’est comme si le temps s’était arrêté dans ces allées ombragées.

Jardin-Majorelle-2Jardin-Majorelle

  • Les tombeaux Saadiens (entrée : 10 dirhams) : caché dans une micro-rue et découvert seulement au début du 20ème siècle, cet édifice est un fait un mausolée de style hispano-mauresque, abritant les tombes du sultan Ahmed al-Mansur Saadi et celles de ces successeurs. La visite dure en moyenne 30 minutes et vaut vraiment le détour.

Tombeaux-SaadiensTombeaux-Saadaiens-Intérieur

  • La vallée de l’Ourika : pour notre dernière journée, nous avons décidé de partir en excursion sur les conseils d’un ami. Coup de chance : notre riad proposait cette prestation pour 25€ par adulte ! Après environ 1 heure de route et quelques arrêts – pour notamment voir des chameaux et découvrir une fabrique d’huile d’argan et de cosmétiques – nous atteignons un pittoresque village berbère. De là, nous sommes guidés vers un sentier sinueux pour rejoindre une cascade naturelle et avoir une vue dégagée sur la vallée située au pied de l’Atlas. Le décor dénote totalement de ce que nous avions vu à Marrakech : quel bonheur de se sentir dépaysé  😉

Vallée-de-l'OurikaVallée-de-l'Ourika-2Vallée-de-l'Ourika-3

Où manger à Marrakech ?

Il y a tant de générosité, de saveurs, et de finesse dans la cuisine marocaine, que ce fût un véritable régal d’alterner entre tajine, coucous, ou encore pastillas à tous les repas.

  • La Terrasse des Épices (25€ par personne – à réserver) : un rooftop donnant sur les toits de la Médina, en plein cœur du souk, et qui propose à la fois une carte européenne et une carte marocaine. J’avais craqué pour une pastilla au poulet en entrée, suivie d’un tajine de bœuf aux figues. Bien que j’ai trouvé la viande un petit peu sèche, j’ai complètement adoré le lieu qui promet de longs dîners romantiques, à la lueur d’une chandelle. Sidi Abdel Aziz، 15 souk cherifia, 40000 Marrakech.
  • La Table de Marrakech (12€ par personne) : situé juste en face du Palais Bahia, cet établissement propose le meilleur rapport qualité/prix de notre séjour. Foncez sur les briouates au chèvre : probablement mon meilleur souvenir culinaire ! 178, Hay Essalame, Mellah 40040 Marrakech.

Table-de-Marrakech

  • Le Nomad (25€ par personne – à réserver) : si l’endroit en lui-même vaut le détour tant le coucher du soleil y est absolument incroyable, ce restaurant propose par ailleurs une cuisine locale raffinée et revisitée. J’avais cette fois-ci choisi une salade de lentilles aux betteraves rôties et fromage de chèvre, ainsi qu’une pastilla végétarienne aux légumes du marché, suivie d’un clafoutis aux pommes et betterave avec glace de caroube et coulis de fruits rouges. Il faut dire que je me suis lâchée, c’était notre dernière soirée sur place. L’ensemble était savoureux, bien que peu copieux en cas de grosse faim. Autre fausse note, plusieurs mets manquaient à la carte. Pour le reste, je conseille néanmoins cet établissement les yeux fermés. 1 Derb Aarjane, Rahba Lakdima 40000 Marrakech.

NomadNomad-2Les-toits-de-Marrakech-2

  • Le Comptoir Darna (30€ par personne – à réserver) : pour célébrer un événement particulier, j’avais réservé cette adresse puisqu’elle proposait un spectacle alliant danse du ventre, musique traditionnelle orientale, et pyrotechnie tout au long du repas. Hyper branchée car située à proximité des plus beaux hôtels et du casino de la nouvelle ville, nous avons passé une soirée très fun et animée. Pour la seule et unique fois du voyage, je me suis laissée tenter par un très gourmand couscous sucré/salé au poulet Tfaya, précédé d’un assortiment de briouates aux 3 parfums.  Avenue Echouhada, 40000 Marrakesh.

À noter qu’il est courant que les riads proposent des formules déjeuner ou dîner. Le nôtre par exemple, nous a proposé de nous servir à déjeuner (15€ : entrée, plat, dessert) le jour de notre arrivée en attendant de récupérer notre chambre : c’était absolument à tomber !

Où boire un verre à Marrakech ?

  • La Mamounia : ce palace est l’endroit idéal si tu as envie de prendre un verre dans un lieu d’exception. Bien que les prix soient exorbitants (150 dirhams pour un virgin cocktail), nous n’avons aucun regret puisque nous célébrions une occasion particulière : il fallait donc mettre les petits plats dans les grands ! Avenue Bab Jdid، Marrakesh 40040

La-Mamounia-2La-Mamounia

  • La Café de France : autre quartier, autre ambiance. Cet établissement localisé sur la place Jemaa el-Fna jouit de deux terrasses offrant une vue imprenable sur Marrakech. Côté prix, c’est hyper abordable : c’est donc l’endroit idéal pour faire une pause entre deux sessions shopping au cœur des souks. Place Jemaa El Fna, Marrakech 2034

Place-Jemaa-el-Fna

  • Le Bougainviller : tombés par hasard sur cette adresse dont on avait pourtant entendu du bien, nous avons apprécié le décor et le calme qu’offrait ce très fleuri bar-restaurant localisé en plein cœur de la Médina. Rue Sidi El Yamani, Marrakech

Bougainvilliers

Où dormir à Marrakech ?

En faisant mes recherches sur Airbnb, je suis tombée sur le Riad Hadda (à 15 minutes à pied de la place Jemaa el-Fna). Réservé directement sur leur site pour 39€ la nuit avec petit-déjeuner (très, très copieux) inclus, nous sommes tombés en amour de ce lieu. Pour le définir en quelques mots : un véritable havre de paix. Pourtant situé au cœur de la Médina, pas un bruit n’ose perturber le calme et la volupté de cet hôtel chaleureux, tenu par le bienveillant Mehdi.

Riad-Hadda-2Riad-Hadda

se déplacer à Marrakech ?

Pour une fois, nous n’avons pas été super aventureux avec François. Nous nous sommes contentés de marcher (énormément) – mais il faut dire que c’est le meilleur moyen de s’imprégner d’un endroit – et de prendre le taxi. À titre d’exemple, cela nous coûtait environ 50 dirhams (en négociant) pour un trajet d’un quart d’heure (bien que j’imagine qu’il est toujours possible de mieux marchander).

Singapour : city guide

Singapour Voyages

Singapour : city guide

J’ai publié de nombreux articles épars au sujet de Singapour, la Cité-Etat où j’ai vécu durant 7 mois (en 2014-2015) à l’occasion de mon année de césure. C’est une période dont il m’arrive régulièrement d’être nostalgique, car elle m’a permis de réaliser des voyages incroyables. Néanmoins, je reste persuadée qu’un jour nous irons nous installer véritablement en Asie, et je suis hyper ravie d’avoir immortalisé ces quelques mois en vidéo ! Bref, aujourd’hui je repensé à cette jolie période, et je me suis dit qu’il serait top de te concocter un city guide sur ce petit îlot cher à mon cœur.

Se rendre à Singapour

Singapour est une toute petite île (7 fois plus petite que Paris intra-muros), située au sud de la Malaisie, et à plus de 10 500 kilomètres (12 heures de vol) de la France. Pour la plupart des touristes, Singapour n’est qu’une escale, pourtant j’estime que l’on peut y faire un tas de choses sur 3/4 jours !

Chinatown

Les QUARTIERS DE Singapour

Si jamais tu as la chance d’un jour te rendre à Singapour, tu pourras être le témoin de l’un des melting-pots les plus réussis : tant au niveau architectural (puisque se mêlent d’immenses gratte-ciel modernes et de jolies maisonnettes colorées), que culturel (les Chinois, les Malaisiens, les Indiens, les Expats, etc.), mais aussi linguistique avec 4 langues officielles (anglais, malais, mandarin et tamoul) ! C’est véritablement ce qui fait la particularité de cette destination. Voici donc un condensé des visites que j’ai pu faire et mon avis sur celles-ci :

Little India, Arab Street Bugis

On commence la visite par l’attachant quartier de Little India : ici j’ai pu découvrir pour la première fois, la beauté de la religion hindouiste grâce aux nombreux temples qui y ont été érigés. C’est aussi l’endroit idéal pour les fans de saveurs indiennes, je te recommande d’ailleurs Muthu’s Curry ! Outre le plaisir des papilles, le dépaysement se poursuit dans les rues dans lesquelles je te conseille de te perdre, où l’on parle et chante majoritairement hindou. Enfin, je te suggère d’aller faire un tour à l’incontournable Mustafa Center, la version non fictive de la caverne d’Alibaba  😉Little India

Le deuxième endroit où je t’emmène est Arab Street et ses ruelles juxtaposées (dont Haji Lane) qui font la part belle au street-art, surplombées par la divine Mosquée Sultan. Comme le nom de la rue l’indique, il s’agit de partie orientale de la Ville du Lion. Outre les délicieuses murtabaks de chez Zam zam auxquelles tu devras absolument goûter, n’hésite pas à aller siroter un thé glacé dans l’un des nombreux cafés installés dans les alentours. Si je devais n’en choisir qu’un, je te dirais de foncer chez La Marelle rien que pour la déco vraiment trop mignonne !

Arab street

Quand tu estimeras en avoir assez vu, dirige-toi vers le Bugis Street Market, situé en face du mall Bugis Junction. Dans ce drôle de marché couvert, tu pourras faire des emplettes dans les petites échoppes qui vendent des souvenirs parfois cool à un prix dérisoire ! Pour les fashionistas, elles y trouveront toutes les fringues adulées par la jeunesse singapourienne, tandis que leurs mecs iront flâner près des stands de stree food et de jus de fruits frais  😀

Bugis

Macritchie Reservoir

C’est la promenade sportive que j’ai le plus aimée à Singapour ! Sous une épaisse forêt tropicale, on traverse des ponts suspendus à plusieurs dizaines de mètres du sol (tree-top-walk), on croise des animaux dont on n’aurait jamais soupçonné l’existence, et surtout on se coupe du monde le temps d’une randonnée.

Chinatown

La communauté chinoise représente de loin le principal groupe ethnique de la Cité-Etat. Leur influence est telle qu’elle a donné naissance un nouveau dialecte : le singlish, mélange de chinois et d’anglais ! Outre ce fun fact, il faut noter que Singapour abrite le premier quartier au monde auquel on ait donné la désignation de “Chinatown” (tremble Paris 13…) ! Ainsi, s’organise un fascinant dédale de rues et de bâtiments dans lequel on retrouve l’impressionnant Buddha Tooth Relic Temple, mais aussi des dizaines de stands (Smith Street) qui vendent les mets les plus appréciés de l’Empire du Milieu, ainsi que le plus célèbre des food courts : le Maxwell Road Hawker Centre.

Chinatown

Orchard Road

Si je devais résumer Orchard Road en une phrase, ce serait : les Champs Élysées de Singapour ! Sur cette avenue s’enchaînent les malls et les boutiques de luxe où se ruent tous les nouveaux riches, à la recherche du Vuitton le plus monogrammé ! Un brin superficiel, ce quartier reste tout de même sympa à visiter. A contrario, à deux pas d’Orchard, ne manque surtout pas d’arpenter les rues paisibles d’Emerald Hill Road, où se dressent de sublimes maisons coloniales : un havre de paix, comparé à la folie des centres commerciaux !

Marina Bay

En fin d’après-midi, quand la chaleur se fait moins écrasante, je te recommande d’aller visiter les Gardens by the bay. Dans ce cadre à couper le souffle, tu pourras t’émerveiller des prouesses architecturales, qui semblent tout droit sorties du film Avatar. Culminant à 50 mètres, ces constructions en forme d’arbres regroupent une dense flore tropicale. Je t’avais d’ailleurs donné mes conseils pour y grimper  😎 Bien sûr, il y a des dizaines d’autres promenades à parcourir, toutes aussi intéressantes. Néanmoins gare à toi, on trouve dans ces jardins plusieurs espèces de plantes carnivores.

Marina Bay

Là où se dresse leur Tour Eiffel à eux, le Marina Bay Sands, on a une vue incroyable sur la skyline singapouriene. Le célébrissime hôtel où a été érigée la piscine la plus dingue de la planète, ouvre les portes de son bar panoramique “Cé La Vie” au public. Les deux seules conditions : être bien habillé et consommer !

Marina Bay Sands

Katong, GEYLAND et East Coast Park

Katong c’est un joli quartier résidentiel que je t’avais montré en photo, tant il est instragram-friendly. On y trouve de mignonnes shophouses (maisons traditionnelles mitoyennes) pastel : bref, un joli arc-en-ciel de couleurs au cœur de la Ville du Lion.

Geyland, c’est historiquement le quartier olé olé de Singapour (on y trouvait des maisons de joie), mais qui pourtant a son charme et attire de nombreux expats, grâce à son attractivité !

L’East Coast Park est le plus grand parc que compte l’île. Situé en bord de mer, il jouit d’une localisation idéale pour s’échapper du tumulte de la ville. On peut y promener, se baigner (même si je le déconseille vu la proximité des porte-conteneurs), faire du vélo, camper, ou simplement y déguster un plateau de fruits de mer…

Sentosa

Accessible par navette ou à pied (25 min) depuis le centre commercial VivoCity, l’île de Sentosa est le temple du divertissement à Singapour ! On y trouve les studios Universal, de nombreuses attractions (golf, simulateur de chute libre, restaurants), mais aussi un bout de plage ! Nous avions d’ailleurs participé au Holi Festival, la fête des couleurs célébrée par les hindouistes !

Sentosa

Clarke Quay

Dans cette zone animée où sont regroupés de nombreux clubs et bars branchés, se trouvait autrefois le principal point d’amarrage de la rivière Singapour. Aujourd’hui où y croisent essentiellement la jeunesse singapourienne et les expats venus boire un verre après le boulot, et se déchaîner sur le dancefloor des boîtes de nuit ! C’est aussi un endroit à la cool pour dîner au bord de l’eau.

Clarke Quay

Pulau Ubin

Il suffit d’une traversée en ferry de quelques minutes depuis Changi Beach, pour rejoindre Pulau Ubin. On y découvre un îlot abritant un kampong (village traditionnel), des sentiers fourrés en plein milieu la mangrove, et des plages où seule la faune locale semble autorisée à se dorer la pilule ! Pulau Ubin, c’est l’endroit idéal où passer son samedi à vélo loin des sentiers touristiques, et je t’y avais emmené en vidéo  😛

Botanic Gardens

Tous les guides recommandent cette visite exotique au cœur de la Ville du Lion. Et pour cause, on y trouve parmi les spécimens les plus rares de la planète, ainsi que l’une des plus belles serres d’orchidées ! Pour avoir un aperçu, n’hésite à regarder mon vlog.

Fleur de lotus

Bukit Timah

Étendue sur environ 164 hectares, la réserve naturelle de Bukit Timah est une forêt équatoriale qui abrite plus de 500 espèces animales. Outre les nombreux singes farceurs, j’y ai croisé des randonneurs et des amateurs de VTT, venus faire communion avec la partie encore sauvage de Singapour. Je t’avais d’ailleurs montré en vidéo quelques plans de la carrière 

Où loger à Singapour ?

Si jamais tu as les moyens ou seulement l’envie de flamber, pourquoi ne pas te payer une chambre le temps d’une nuit au Marina Bay Sands ! Autrement, je te conseille de prendre un hôtel autour de la station Dhoby Ghaut (le Jen 4* est vraiment canon), ou vers Serangoon si tu as un budget plus restreint ! Bien entendu, il reste toujours la solution AirBnB. Singapour étant une île d’une petite superficie, tu ne seras jamais véritablement loin du “centre” !

Singapour

Se déplacer à SingapoUR

Il est très facile de se déplacer en métro à Singapour, via le Mass Rapid Transit (MRT). Propre, moderne, et rapide, il dispose de 4 lignes principales qui desservent  très bien la ville (de 5H30 à 00H30 environ). Concernant son coût, il est extrêmement raisonnable puisque Singapour a fait le choix de facturer ses utilisateurs selon la distance parcourue ($1 à $3). Le plus pratique c’est de se munir d’une carte EZ-Link (l’équivalent de la Oyster Card), qui peut être rechargée “top up” à loisir.

Voici pour mon city guide des spots incontournables de Singapour ! Les connaisseurs remarqueront que je ne me suis que moyennement aventurer hors des sentiers touristiques traditionnels. C’est tout simplement que j’estime que certains lieux méritent que je leur dédie un article spécifique. D’autre part, je te donne des tas d’autres idées de sorties dans mes carnets de bord mensuels :

Crédit photo de couverture : Pixabay

Édimbourg : city guide

Édimbourg Royaume Uni

Édimbourg : city guide

Comme pour me préparer à ce week-end en Écosse, j’avais entrepris la semaine précédente la relecture audio du premier tome d’Harry Potter. En effet, J.K. Rowling a vécu et écrit une partie de ses livres à Édimbourg, et il m’est apparu comme évident de me replonger dans les aventures du célèbre sorcier anglais.

Edimbourg météoRues d'EdimbourgEglise St JohnLes rues d'Edimbourg

Pour ce city guide, je vais parcourir “partiellement” notre programme durant notre séjour de 3 jours dans cette jolie ville écossaise. Je consacrerais des articles spéciaux aux lieux qui m’ont véritablement marqués, ainsi cela m’évitera de poster ici 100 photos d’un coup !

Comment se rendre à Édimbourg ?

J’avais shoppé des billets bradés lors du Black Friday en novembre dernier : £30 l’aller-retour en train depuis la gare de King’s Cross (celle où se trouve la fameuse voie 9 3/4) à Londres. C’est en faisant mes recherches pour cet article que je me suis rendue compte qu’il s’agissait d’une super affaire ! En effet, en temps normal, il t’en coûtera environ £200 par personne. A ce prix-là, je te recommande de t’y rendre par avion afin de faire des économies, ou en voiture volante  🙂

La flying Ford des Weasley est carrément plus démente qu’Uber Pool !

Concernant le trajet, il a duré 4h20 avec environ quatre arrêts. Pour ma part, je l’ai trouvé très agréable grâce aux splendides paysages qu’on a eu l’opportunité d’admirer.

Notre programme à Édimbourg

Jour 1 à Édinbourg

Nous entamons notre découverte d’Édimbourg par la visite de la St John Church (entrée gratuite). Si son architecture extérieure ne manque pas d’attirer l’œil, la visite intérieure vaut également le coup.

Voie 9 3/4 à King's Cross LondresSaint wood church, église à Edimbourg

Après cet arrêt, nous commençons à nous diriger vers la terrasse du château. Grâce à l’abonnement de notre hôte Airbnb nous bénéficions d’une entrée gratuite (prix normal : £16,20). La château est l’attraction touristique la plus célèbre de la ville et offre un panorama incroyable, à la fois sur l’ancienne et la nouvelle ville.Chateau Edimbourg d'en bas

Chateau d'edimbourgChateau d'edimbourgVue du Chateau d'EdimbourgChateau d'Edimbourg

Tu ne trouves pas qu’il y a sérieusement un air de ressemblance avec Poudlard ?

Après cette seconde visite culturelle, nous avons descendu le Royal Mile, l’artère principale d’Édimbourg dont le commencement se situe exactement à 1 mile de la résidence de la Reine. Bien qu’elle ait aujourd’hui une vocation commerciale, on a adoré les devantures des boutiques, les pavés irréguliers qui jonchent le sol, mais aussi les drôles de rencontres que nous y avons faites : un joueur de cornemuse en kilt traditionnel, et un magnifique hibou que je te montrerai prochainement en vidéo.

Royal Mile vue du châteauRoyal mile, EdimbourgRoyal mile EdimbourgSt Gile's Cathedral

À partir de ce point, nous avons continué de déambuler dans les ruelles pour rejoindre Calton Hill : une colline chargée d’histoire, aux accents romains médiévaux. C’est de ce lieu hors du temps que nous avons admiré le coucher du soleil.

Vue de Calton Hill, EdimbourgCalton Hill vue du château

JOUR 2 À ÉDINBOURG

Nous entamons cette seconde journée avec une visite guidée orchestrée par Colin. Cet écossais originaire de Glasgow, aujourd’hui avocat, a longtemps été guide aux 4 coins du monde. Cette balade gratuite (pourboires vivement recommandés) à réserver ici, a été passionnante. Colin nous en a appris davantage sur l’histoire de l’Écosse, et bien sûr sur Édimbourg, tout en ne manquant pas de citer quelques références sur Harry Potter et Game of Thrones : #potterhead !

Les hauteurs d'édimbourg

On découvre avec lui les relations tumultueuses de l’Ecosse avec sa grande sœur anglaise, que la licorne est l’animal totem du pays, et que Tom Riddle alias Lord Voldemort – qui repose au cimetière Greyfriars Kirkyard – était une personne totalement insignifiante.

Greyfriars Kirkyard, Edimbourg

Bien sûr, il ne manque pas de nous emmener découvrir Victoria Street qui a inspiré à JK Rowling le Chemin de Traverse, ou encore The Elephant House où elle a écrit à la main les deux premiers tomes de sa saga. Cette rue se trouve à deux pas du Grassmarket, l’endroit idéal pour s’arrêter se réchauffer autour d’une tasse de chocolat, ou prendre une bière dans l’un des 700 pubs que compte la ville.

Victoria streetVictoria street bas

Après cette visite de 2 heures, c’est avec regret que nous quittons ce super guide, pour aller découvrir le National Museum of Scotland (entrée gratuite). Cet intermède culturel nous permet de poser les yeux sur un bijou architectural. Honnêtement, je te recommande à 100% d’y faire un arrêt, simplement pour la beauté de sa verrière !

National museum of Scotland

L’après-midi, nous consacrons une petite heure au shopping (High Street) tandis que la fin des soldes approche à grands pas, puis nous filons aux National Galleries of Scotland (entrée gratuite).

Edimbourg high street vue du chateauEdimbourg high streetRues d'EimbourgCentre ville d'Edimbourg

Le soir nous nous familiarisons avec la gastronomie locale chez Whiski Rooms en goûtant le fameux haggis (panse de brebis farcie), avant de passer le reste de notre soirée à écouter un groupe Rockabilly au Stramash, un bar dansant chaleureux localisé dans une ancienne église.

JOUR 3 À ÉDINBOURG

Le dernier jour, parce que le temps s’y prêtait particulièrement, nous avons décidé d’entreprendre l’ascension du Arthur’s Seat (1h30/2h – requiert de l’endurance). Situé à 20 minutes à pied du centre-ville, il s’agit du point culminant du Holyrood Park. La vue est à couper le souffle, et je pense qu’il s’agit de la visite que j’ai préférée au cours du voyage.

Arthur's seatArthur's seat, EdimbourgArthur's seat, la vue d'en haut

Après cette matinée sportive, nous nous sommes rendus à Dean Village. Il s’agit d’un quartier pittoresque à l’orée du centre ville, plébiscité pour son architecture géorgienne. Bordé d’une rivière, c’était le coin parfait pour profiter une dernière fois d’Édimbourg.

Dean VillageRivière de Dean Village

Infos pratiques sur Édimbourg

Où dormir à Édimbourg ?

On a vécu en Écosse notre meilleure expérience Airbnb. Nous qui sommes des adeptes depuis plusieurs années, avons été formidablement accueillis par Brooke. Pour résumer, c’était 10 fois mieux qu’un hôtel !

Située à 15 petites minutes en bus de centre ville, sa maison offre calme et volupté aux voyageurs. Outre une décoration des plus originales que j’ai adorée et une chambre au confort inouï, Brooke offre à ses convives de nombreuses recommandations. Grâce à elle, nous avons notamment bénéficié d’une entrée gratuite pour la visite du château. Je pense sincèrement qu’elle a contribué à la réussite de notre séjour, tout en nous permettant de profiter en toute intimité.

Comment se déplacer à Édimbourg ?

Honnêtement, je trouve qu’il est hyper facile de se déplacer à pied dans la ville. De plus, ce n’est pas seulement simple, c’est aussi ce qu’il y a de plus agréable. Néanmoins, je dois avouer que les bus sont aussi très pratiques, notamment pour s’abriter en cas d’averse. Il t’en coûtera £1.60 par trajet, ou £4 pour la journée. Et cerise sur la gâteau : la Wi-Fi est disponible à bord, chacun ses priorités  😉

Les transports en commun à Édimbourg

Crédit photo de couverture : Pixabay

Source GIF : Tumblr

Cambodge Siem Reap Voyages

ROAD-TRIP : Siem Reap

Bon la reprise se fait doucement, mais sûrement… C’est-à-dire que la semaine dernière, j’ai commencé un nouveau stage. Cet été, je vais rédiger du contenu pour le blog d’un e-shop. Autant vous dire que j’ai un peu de mal à me remettre à bloguer une fois rentrée à la maison… Le pire dans tout ça ? C’est que j’ai des tonnes d’idées et d’envies, mais je manque de détermination afin de me lancer. Mais promis, j’y réfléchis et j’espère “accoucher” de quelque chose de sympa  😉

M’enfin, le sujet du jour c’est Siem Reap. Evidemment, lors de notre road-trip on ne pouvait pas ne pas visiter mon pays d’origine: le Cambodge. Comme beaucoup de touristes, nous nous y sommes rendus pour visiter l’incroyable site d’Angkor. Nous voulions au départ effectuer la visite à vélo, mais on s’est finalement rapidement rabattu sur le tuk-tuk.

Nous sommes arrivés en avion depuis Bangkok (85€ l’aller pour 2). Nous n’avions pas pris nos visas en ligne, par flemme et manque de temps; et ce fût une bonne chose. En effet, étant née de parents cambodgiens j’ai reçu un visa permanent et été exemptée de frais pour visiter les fameux temples. De son côté, François lui a tout de même dû débourser 30$ pour le visa (pense à ramener une jolie photo d’identité) et 20$ pour une journée de visite.

Que dire à propos de ces trois jours ? Ce fût une incroyable expérience que de redécouvrir ce fabuleux site avec ma moitié. Je pense que clairement, les images parlent d’elles-mêmes. Ce qui a été judicieux, c’est aussi de faire la visite du Angkor National Museum qui complète vraiment parfaitement la journée à Angkor.

En ce qui concerne mes bonnes adresses, je n’ai que le restaurant Tigre de Papier à vous conseiller. Situé sur Pub Street, la nourriture était succulente. Après sept mois en Asie, on était ravis de déguster d’aussi excellents mets franco-italiens. On aurait même adoré participer à un atelier cuisine avec le chef, mais le temps nous manquait. Pour le logement, nous avions réservé chez Les Parigots  :roll: , mais l’endroit était bruyant et la climatisation fuyait. Cependant, question budget on ne fait pas mieux !

Pour ce qui est des attractions hors Angkor, je vous recommande une journée autour du Tonlé Sap, une après-midi à Kbal Spean et une promenade digestive au Night Market.

A bientôt pour le dernier vlog du road-trip  😛

Musique ♬

Crédit photo de couverture : Pixabay

Bangkok Thaïlande Voyages

ROAD-TRIP : Bangkok

Hello, hello ! La voilà qui revient comme une fleur après vingt jours d’absence ! Pas que je ressente le besoin de me justifier, mais le contre-coup de mon retour en France ne ressemblait à rien à ce que j’imaginais. Après avoir bravement combattu le décalage horaire, je me suis littéralement jetée sur la nourriture française: un bonheur ! Puis j’ai tenté vainement d’écrire mon rapport de stage, mais c’était encore trop tôt. De nature à vivre les choses à fond sans ressasser le passé, je me suis surprise à être totalement nostalgique de ma vie à l’étranger  😳

Quoiqu’il en soit, je me sens désormais apte à rebondir et à aller de l’avant. Il me reste plus qu’une petite semaine de congés, avant d’entamer un nouveau stage à Toulon. Autant vous dire que je suis donc reboostée !

Cette fois-ci, c’est donc à Bangkok que je vous emmène. Je partage un lien particulier avec cette mégalopole, oui oui ! C’est la cinquième fois que je m’y rends. La dernière fois que j’y étais, c’était pour un stage de trois mois. Autant vous dire, nous deux c’est une histoire qui roule ! D’ailleurs, mes proches savent que j’y rêve d’y habiter quelques années, une fois mon diplôme en poche.

Mais Bangkok, c’est une bête qui te prend tout entier. Finalement, soit tu l’aimes, soit tu la détestes. En y repensant, j’avais quelques appréhensions en amenant François. J’avais peur qu’il s’y sente mal à l’aise (comme beaucoup de personnes) et ne parvienne pas à s’y projeter. Fort heureusement, il m’a encore répété il y a deux jours que « oui, finalement pourquoi pas Bangkok dans quelques années… »  😀

Bangkok

Nous sommes arrivés à Bangkok depuis l’aéroport de Krabi (1h20 de trajet) avec la compagnie Air Asia (25€ l’aller/ personne). Attention, il y a deux aéroports : Suvarnabhumi (principal) et Don Muang (ancien). Ils sont assez éloignés, mais heureusement il existe une navette gratuite faisant la liaison. + Plus d’infos. En ce qui concerne le logement, nous avons eu la chance de nous faire prêter un appartement par un ami.

Les visites à Bangkok

  • Thaï Cultural Centre (BTS Siam) : un espace dédié à l’art sous de nombreuses formes où l’on peut voir diverses expositions. On y trouve aussi de très jolies boutiques de créateurs et des cafés très inspirés! L’entrée y est gratuite, exceptée celle de quelques expositions.
  • Jim Thompson House (BTS National Stadium) : une visite que je recommande à 100%. Tu y découvriras l’étonnante vie de cet aventurier américain ayant pour ambition de relancer l’industrie de la soie en Thaïlande. La visite guidée au prix de 4€ te permettra de comprendre comment et pourquoi Jim est tombé amoureux du Pays du Sourire. + Plus d’infos.
  • Chao Phraya Cruise (BTS Saphan Taksin) : pour découvrir Bangkok d’une autre façon, je te conseille de grimper dans une embarcation et de te laisser porter par le courant. Bien sûr, tu peux en profiter pour faire un arrêt au Palais Royal, Wat Pho ou Wat Arun; mais la ballade en elle-même vaut déjà le détour à mes yeux.
  • Wat Pho (stop: Tha Thien Pier via Chao Phraya) : il s’agit de la pagode la plus célèbre (et parmi les plus vieilles) de Thaïlande, car abritant le gigantesque Bouddha couché. Une visite, qui ne manquera pas de te couper le souffle. + Plus d’infos.
  • Le palais royal / The Grand Palace (stop: Tha Thien Pier via Chao Phraya, à environ 15 min de Wat Pho): même s’il te faudra débourser 13€, tu ne dois pas omettre cette visite. Ce lieu est si beau, si riche, si dépaysant. On aurait pu facilement faire l’ouverture (8H30) et la fermeture (15H30) tant il y a à voir. Petit conseil, pense bien à mettre un t-shirt et à couvrir tes jambes. Le mieux c’est de shopper un pantalon fluide, comme je t’avais présenté ici, pour ne pas se sentir étouffer.
  • Wat Saket / The Gold Mountain : c’est la première fois que je découvrais ce monument. Situé sur une colline artificielle, son architecture est inspirée de notre célébrissime Montmartre, Sacré-Coeur. Ce temple renfermait autrefois les reliques de Bouddha; depuis elles ont été transférées à la pagode de Vincennes.
  • Chinatown (stop: Ratchawongse via Chao Phraya) : un bout de Chine en pleine jungle bangkokienne. Un quartier vraiment atypique!
  • Muay Thaï (BTS Mo Chit) : nous avons assisté gratuitement à l’enregistrement de plusieurs matchs diffusés en direct à la télévision thaï. Pour cela, il te faudra te rendre au Channel 7 Boxing Stadium, le dimanche à 13h15. Une tribune y est réservée pour les étrangers, au milieu des parieurs passionnés. Même si j’ai trouvé ça extrêmement violent, je conseille vraiment d’y aller pour l’ambiance!

Shopping malls à Bangkok

Je crois qu’on peut dire que j’ai carrément craqué mon slip à Bangkok, comme à chaque fois. Je pourrai même réaliser un haul de mes achats, si jamais cela t’intéresse, car autant te dire que j’ai fait de sacrées affaires. Pour tous les accros du shopping je conseille:

  • Le légendaire MBK pour les souvenirs / BTS Siam.
  • Pantip Plaza pour les passionnés d’informatique, d’électronique et de photographie / BTS Phaya Thai, sortie 2 puis tuk-tuk.
  • Planitum pour les fashion-addicts / BTS Chit Lom + marche de 10 min en passant par Central World.
  • Terminal 21 pour se restaurer, aller au ciné et faire du shopping encore et encore / BTS Asok.
  • L’incontournable marché du week-end Chattuchak / BTS Mo Chit.

Sorties nocturnes

  • Rooftop The Nest (BTS Silom, Soi 21) : pour aller prendre un cocktail entre amis.
  • Nightclub DEMO : une boîte de nuit très thaï avec plusieurs salles et plusieurs ambiances. + Plus d’infos.

Musique ♬

Crédit photo de couverture : Pixabay

Kuala Lumpur Malaisie Voyages

3 jours à Kuala Lumpur

La semaine dernière, profitant d’un week-end prolongé, nous avons pris nos cliques et nos claques en direction de Kuala Lumpur.

KL TowerTours Petronas Kuala Lumpur

La capitale malaisienne ne nous avait jamais vraiment fait rêver et n’était pas sur notre bucket list. Cependant on s’est décidé à prendre le bus sur un léger coup de tête, histoire de nous faire notre propre avis. On a à présent aucun regret, d’autant plus que nous avons adoré notre séjour !

Mosquée Kuala LumpurBatu Caves à Kuala LumpurBatu Caves en Malaisie

Après presque six mois passés à Singapour, j’ai remarqué que la Malaisie était souvent boudée des expats occidentaux. En effet, on lui préfère souvent la Thaïlande, le Vietnam ou encore l’Indonésie. Pourtant dans notre cas, on ne peut pas dire qu’on n’ait pas profité de sa proximité avec la Ville du Lion puisque nous nous y sommes rendus par trois fois. La première fois, c’était pour découvrir l’île sauvage de Tioman et la seconde fois pour visiter la mignonne Melacca. Trois voyages et trois paysages différents.

Palais Sultan Kuala LumpurStatue Batu Caves

Aller à Kuala Lumpur depuis Singapour

 Kuala Lumpur est très accessible par avion et peu onéreux : en moyenne 35€ l’aller par personne. Cependant, si comme nous tu souhaites prendre le bus, voici mes conseils :

  • Départ de Woodland Checkpoint, Singapour
  • Traversée de la frontière à bord du bus n°170
  • Arrêt à la douane
  • Reprise du bus n°170
  • Arrivée au Terminal de Larkin à Johor Bahru, Malaisie
  • Une fois au terminal, prendre un bus direction Kuala Lumpur. Il y a de très nombreuses compagnies qui proposent ce voyage. Tu peux acheter tes places le Jour J ou bien les prendre à l’avance sur ce site. Si tu choisis cette dernière option, veille à partir de Singapour avec de l’avance car la traversée de la frontière a une durée aléatoire (45min à plusieurs heures, selon l’affluence) ! Dans notre cas, nous avions cette fois pris la compagnie City Holiday à l’aller et KKKL pour le retour. Le trajet dure 4H30 avec des pauses et coûte 20€ A/R par personne.
  • Tu arriveras finalement au la gare routière de Kuala Lumpur “Terminal Bersepadu Selatan” située à 15-20 minutes du centre ville et facilement accessible par le métro jusqu’à la gare princiaple KL Sentral.

Vue KL City ParkSinges aux Batu Caves

Pourquoi j’ai adoré Kuala Lumpur ?

C’est une ville de contrastes comme on en trouve typiquement en Asie. Aussi, c’était pour moi la première fois que j’explorais le côté oriental et musulman de ce continent. Habituée aux paysages bouddhistes entrecoupés de pagodes, j’ai adoré visiter les magnifiques mosquées qui m’ont facinées. Cette immersion dans un culture différente a réellement été une découverte. D’autre part, il y a un melting-pot plus prononcé qu’en Thaïlande ce qui rend Kuala Lumpur unique en son genre.

Les marches des Batu Caves

Les visites à Kuala Lumpur

Sachant que nous allions nous rendre une nouvelle fois pour y faire étape durant notre road-trip, nous n’avons pas fait tous les incontournables dès cette première visite. Néanmoins, je suis en mesure de te donner une petite liste de mes bonnes adresses :

  • Bangsar : ce quartier central – plutôt expat – de Kuala Lumpur te donnera un nouvel aperçu de la capitale malaisienne. Situé à seulement une station de KL Sentral, tu y trouveras de nombreux cafés et restaurants tous plus cozy les uns que les autres. Loin d’être entouré de gratte-ciels, Bangsar est un lieu convivial pour prendre un verre et dîner.
  • Central Market : ce marché couvert fait partie des incontournables de la ville. C’est un très joli bâtiment bleu. Par contre, ne t’attends guère à y trouver des produits typiques. De notre côté, on a aimé y faire une pause fish spa / pédicure et profiter de la climatisation durant une averse.
  • Masjid Jamek : située à deux pas du Central Market, cette mosquée est la plus ancienne érigée dans la capitale malaisienne.
  • Merdeka Square : la place de l’indépendance aussi située près de Chinatown et Central Market, cette place où se trouve le porte-drapeau le plus élevé du monde te donnera un aperçu des contrastes régnant à Kuala Lumpur. Au premier plan, tu apprécieras les vieux édifices comme La galerie d’art ou le musée du textile ; et en arrière-plan les gratte-ciels les plus récents.
  • Old Railway Station : impossible de louper ce magnifique édifice. Située tout près de la mosquée nationale et accessible à pied, elle fût bâtie en 1886. J’ai tout simplement était éblouie par son style mauresque, colonial et indien.
  • Petronas Twin Towers : à l’opposé du design du monument précédent, les tours Petronas ont été inaugurées en 1998 et mesurent 452 mètres de hauteur. C’est un peu ce que l’Empire State Building est à New-York. Néanmoins, nous ne les avons pas visitées : on avait un meilleur plan.
  • KL City Park : un joli parc où se reposait après quelques heures de marche, et dont la vue donne sur les fameuses tours jumelles. Il est accessible via le centre commercial situé au pied des Tours Petronas.
  • Café “Tous les jours” : que d’éloges pour cette chaîne qui nous a servi de très bons petits-déjeuners et brunchs durant notre séjour !
  • Batu Caves : c’est clairement la visite qui nous a le plus transportée à Kuala Lumpur. Il s’agit d’un ensemble de grottes, aménagées en temples, dans une colline calcaire située à 30 minutes du centre-ville. Il s’agit aussi du plus grand sanctuaire hindou en localisé en dehors de l’Inde. Vous y croiserez de nombreux singes, contre qui il te faudra te prémunir, crois moi ! Pour s’y rendre, prendre un métro de KL Sentral pour 1€ environ l’A/R. La visite, quant à elle, est gratuite. Néanmoins, il existe une seconde grotte qui elle est payante, visible à environ 2min18 de la vidéo.
  • Masjid Albukhari : une magnifique mosquée au dôme bleu turquoise que l’on a pu voir que de l’extérieur. Mais il est certain que nous la visiterons lors de notre prochain séjour. Côté localisaiton, elle est située tout près du mall Berjaya Time Square.
  • Berjaya Time Square : c’est un gigantesque centre commercial où faire de très bonnes affaires et qui possède en son sein son propre parc d’attraction, à l’instar du ToysRus de Time Square (New York).
  • Bar Helipad : un très bon plan pour profiter du panorama de Kuala Lumpur. Il s’agit d’un véritable helipad, qui se transforme en bar. Situé au 34ème étage de la tour Menara KH, tu seras impressionné par la hauteur et la vue. Attention, si tu as le vertige, il n’y a pas de barrières ! L’entrée est gratuite sous réserve de consommer un verre à environ 8€. Tenue correcte exigée.
  • Chinatown : de très beaux temples à découvrir, mais aussi le lieu de vente de très nombreuses contre-façons. Je dirai qu’il a des airs plus authentiques que celui de Singapour  😀
  • La mosquée nationale Masjid Negara : il s’agit de l’une des mosquée les plus grandes d’Asie du Sud-Est pouvant accueillir jusqu’à 15000 personnes les vendredis. Construite en 1965 et rénovée en 1987, elle est essentiellement faite de matériaux modernes.

Se loger à Kuala Lumpur

Comme d’habitude nous avions réservé un AirBnB dans le quartier de Bangsar. La localisation était vraiment top pour le coup, car centrale, mais éloigné du tumulte citadin ! Bien sûr, tu peux choisir de prendre un hôtel ou une guest-house : c’est d’ailleurs ce que nous avons fait lors de notre second séjour à Kuala Lumpur.

Palais Sultan Kuala LumpurStatue Batu Caves

 Musique ♬

Crédit photo de couverture : Pixabay