Ces petites choses #6

ces petites choses Films Londres

Ces petites choses #6

Une nouvelle semaine s’est écoulée et voici qu’arrive la sixième édition des Petites Choses ! De mon côté, j’en ai profité pour préparer des articles, j’ai aussi retrouvé mes amis autour d’un délicieux dîner aux saveurs indiennes chez Tayyabs dont il faut que je te reparle, j’ai aussi participé à une soirée Alumni sur le campus de Londres de mon école, et j’ai goûté samedi dernier à mon premier Afternoon Tea depuis que je suis “British” ! Comme j’aime lorsque mes semaines sont remplies, cela me procure un sentiment de satisfaction qui me pousse à en faire davantage dans ma nouvelle ville d’adoption ! Trêve de bavardages : voici les dernières petites choses qui m’ont fait sourire et réagir en ce début du mois de mars.

Recevoir ma commande Farmdrop

J’ai toujours entendu dire qu’en Angleterre, on mangeait mal ! Ce faux témoignage, j’essaie de te le faire oublier en publiant régulièrement mes bonnes adresses à Londres. Néanmoins, bien qu’elles soient nombreuses je n’ai ni les moyens, ni la volonté de manger midi et soir au restaurant. Si les premiers mois, je n’avais pas de réelle motivation à cuisiner, celle-ci a été ressuscitée quand une amie m’a fait découvrir Farmdrop.

Ce site internet fonctionne comme un marché local mais en ligne, et me permet de me faire livrer mes courses sous 2 jours ! Grâce à Farmdrop, j’ai dégoté de délicieux fromages, de la viande à la fois tendre ainsi que juteuse, et j’ai retrouvé des légumes de saison qui ont véritablement de la saveur. De l’autre côté de l’écran, les petits producteurs ne sont pas en reste puisqu’ils récupèrent entre 70 et 75% du prix de vente, contre 25 à 50% s’ils étaient passés par une grande enseigne. Côté prix cela reste hyper raisonnable comparé à Tesco et Sainsburys, étant donné la fraîcheur et la qualité des produits ! Si cela t’intéresse, je te propose de te parrainer par email : cela nous fera gagner £40 à dépenser chacun sur la plate-forme  😀

Le film “Lion”

En 2017, j’ai été voir La la LAND, Gold, Split et… Lion ! Ce dernier long-métrage a été une claque monumentale ! C’est simple, j’ai trouvé que chaque minute voire chaque seconde de ce film était justifiée. Voici le synopsis : Une incroyable histoire vraie : à 5 ans, Saroo se retrouve seul dans un train traversant l’Inde qui l’emmène malgré lui à des milliers de kilomètres de sa famille. Perdu, le petit garçon doit apprendre à survivre seul dans l’immense ville de Calcutta. Après des mois d’errance, il est recueilli dans un orphelinat et adopté par un couple d’Australiens. 25 ans plus tard, Saroo est devenu un véritable Australien, mais il pense toujours à sa famille en Inde. Armé de quelques rares souvenirs et d’une inébranlable détermination, il commence à parcourir des photos satellites sur Google Earth, dans l’espoir de reconnaître son village. Mais peut-on imaginer retrouver une simple famille dans un pays d’un milliard d’habitants ?

J’ai donc adoré ce film : il faut dire que le registre des histoires vraies adaptées sur grand écran est l’un de mes favoris. J’ai été bouleversée par l’interprétation de Saroo à 5 ans par Sunny Pawar, et à 25 ans par Dev Patel, dont on sait qu’il prend toujours soin de choisir minutieusement chacun de ses rôles ! Je trouve que cette histoire qui met au centre le questionnement de l’identité peut toucher de nombreux spectateurs, et c’est en ça que j’aime le cinéma. Évidemment, la partie où il prend la décision de véritablement retracer son histoire et partir à la recherche de sa famille biologique aurait davantage pu être travaillée (puisque abordée de manière rapide et superficielle – n’oublions pas qu’il s’agit du premier long-métrage du réalisateur), il n’empêche que j’ai été scotchée jusqu’à la dernière seconde !

Récit réaliste sur l’expatriation

J’ai beaucoup aimé lire cet article au sujet de l’expatriation, par Em de Let-Em-go. En effet, dans l’imaginaire de nombreuses personnes, le fait de vivre à l’étranger est uniquement une chance. À mon sens, c’est une opportunité que l’on s’est vu offrir ou que l’on a provoqué, car choisir d’immigrer n’est pas tous les jours une décision facile à vivre. Outre le décalage culturel auquel on se frotte, on doit (et donc oui, on “peut”) tout reprendre à zéro. Alors, certes, pour certains c’est une chance : de tourner la page, et de commencer à écrire une nouvelle histoire, mais pas pour tous ! Bref, un récit intelligent qui mérite d’être lu et compris  😉

Poème de Shel Silverstein

C’est en visionnant la dernière vidéo (toujours autant empreinte de sensibilité) de Claire Marshall, que j’ai fait la découverte de ce joli poème. J’aime sa simplicité et surtout le message qu’il délivre : très inspirant !

Un joli intérieur londonien

Enfin, en me baladant sur Planète-Déco comme j’adore le faire régulièrement, je suis tombée sur des clichés de cet intérieur hyper soigné et lumineux. Comme j’aimerais rencontrer le propriétaire de ce loft londonien et qu’il me raconte d’où lui provient son inspiration !

À bientôt  😀

Crédit photo de couverture : Pixabay

S’installer à Londres

business Londres Royaume Uni

S’installer à Londres

Quand j’étais partie vivre à Singapour, j’avais rédigé un billet sur la paperasse administrative à laquelle j’avais dû faire face afin d’obtenir mon visa “Working Holiday Pss” (WHP). À ce jour, bien que celui-ci ait été publié il y a plus de deux ans et demi, il reste l’article le plus consulté sur mon blog ! Pourtant, il ne me semble pas avoir un don particulier pour traiter ce genre de choses habituellement… En effet, comme tout le monde j’en ai horreur, mais j’avais entrepris l’écriture de ce guide comme un coup de pouce envers ceux qui comme moi désiraient travailler temporairement ou faire un stage à Singapour.

À présent que la page de Singapour est tournée (pour l’instant), je me sus dit qu’il serait bien de reprendre cet article en version anglaise, en répondant grossièrement (car il m’est impossible de faire du cas par cas) aux questions suivantes :

  • Comment venir vivre à Londres ?
  • Quel budget pour s’installer à Londres ?
  • Comment trouver un logement à Londres (et s’équiper) ?
  • Comment trouver du travail à Londres ?
  • Comment ouvrir un compte en banque au Royaume-Uni ?
  • Comment se faire soigner au Royaume-Uni ?
  • Comment souscrire à un abonnement téléphonique en Angleterre ?

Bien entendu, je ne m’autoproclame pas experte en la matière, et souhaite seulement partager mon expérience ! Tout n’est donc pas à prendre au pied de la lettre. Fort heureusement !

Comment s’installer à Londres ?

Bien que le Brexit pourrait prochainement remettre en question ce constat, il n’est pas si compliqué de venir vivre à Londres. Une fois ta décision prise et ton billet en poche, il ne te reste plus qu’à traverser la Manche ! En effet, étant de nationalité française, tu n’as absolument besoin d’aucun visa pour immigrer (ou t’expatrier, si tu trouves le terme plus chic  🙂 )

Quel budget pour venir vivre à Londres ?

La question du budget est au centre des préoccupations quand on s’apprête à déménager à Londres. Cela est tout simplement dû au fait qu’elle est difficile à chiffrer. Je vais tout de même te donner un ordre d’idée, basé sur ma propre expérience.

Quand j’ai décidé de venir m’installer à Londres, j’avais déjà trouvé un boulot : j’ai commencé le 20 Juin. Or mon entreprise (et beaucoup d’autres) ne m’a pas versé de salaire le premier mois car j’avais commencé tard, ce qui fait qu’il me fallait des économies pour tenir au moins jusqu’à la fin du mois suivant. C’est donc d’environ £3000 dont j’ai eu besoin pour joindre les deux bouts, répartis de cette façon-ci :

  • Nourriture : £60 / semaine = £240 (à adapter selon ton régime alimentaire, bien sûr)
  • Loyer + caution : 2,5 x £750 = £1875 (ma caution était seulement de 2 semaines)
  • Transports : £100 (pour le week-end uniquement, car j’allais au bureau à pied)
  • Dépenses diverses (sorties, achats de meubles et équipement pour l’appart) : £300
  • Gestion de l’imprévu : £500

Comment trouver un logement à Londres ?

À combien s’élèvent en moyenne les loyers ? Dans quelle zone vivre ? Quels sont les meilleurs quartiers où habiter à Londres ? Voici un échantillon de questions que l’on se pose lorsque l’on s’apprête à déménager. Une fois encore, il est impossible de faire de généralités.

Personnellement, j’ai fait le choix de vivre en zone 1/2 (j’habite entre deux stations) pour pouvoir aller rapidement au bureau à vélo (20 minutes). Les économies que je fais dans les transports en commun, me permettent de vivre près du centre. D’autre part, je suis en colocation ou “flat share”, comme la plupart des expats. Si j’avais choisi de vivre en zones 3 ou 4, j’aurais sûrement pu me dégoter un studio ou un 1 bedroom flat, mais j’aurais explosé mon budget Oyster (la carte de transport des Londoniens). Il est donc primordial de lister tes priorités. Pour £850 cc à deux, nous disposons d’une chambre moderne et spacieuse (25m²), mais nous n’avons pas de salon. C’était le sacrifice à faire pour pouvoir cocher tous nos autres critères.

Depuis mon arrivée en juin 2016, j’ai vécu dans trois logements différents. En effet, à Londres, il n’est pas nécessaire de monter un gros dossier pour louer une chambre. Une copie du passeport, un relevé bancaire, et parfois un contrat de travail peuvent suffire. Voici mes dix autres conseils, qui j’espère, pourront te faciliter la tâche :

  1. Te connecter régulièrement sur Gumtree, Spareroom, Zoopla, et les groupes Facebook (le Cercle des Français et les Français à Londres), où sont publiées des dizaines d’offres tous les jours ! Ainsi, inutile de commencer à chercher 3 mois à l’avance !
  2. Téléphoner directement dès qu’une annonce t’intéresse (mails et SMS à prohiber, car les agents n’ont souvent pas le temps d’y répondre).
  3. Être disponible dans les 2 jours (si ce n’est dans l’heure) pour pouvoir visiter : les chambres partent à une allure folle  😮
  4. Toujours visiter la chambre en personne pour s’assurer que tout est correct (insonorisation, confort, colocataires). Inutile de prendre le risque de s’engager pour 3 ou 6 mois sur une chambre qu’on a vu seulement en photo. Mieux vaut prendre un Airbnb (ou une auberge), pour effectuer tes visites.
  5. Lors du paiement (caution ou loyer), assure-toi d’avoir un reçu.
  6. Privilégie les agences, ceci te permettra de voir ta caution protégée par un tenancy deposit scheme.
  7. Refuser les locations sans contrats : comme partout, c’est souvent très louche  😐
  8. Si le contrat te paraît trop long (ex : 12 mois minimum), demande une break clause. Tu auras ainsi la possibilité de quitter les lieux avant la fin de ton bail, sans encourir des pénalités financières.
  9. N’emménage pas dans une coloc de plus de 3/4 chambres, cela peut rapidement devenir invivable.
  10. Si tu ne penses pas que tu vas passer ta vie à Londres, équipe-toi chez Primark et Argos (Ikea, version British !).

Comment trouver du travail à Londres ?

National Insurance Number (NIN)

L’obtention du National Insurance Number (NIN) est l’une des premières démarches que tu devras entreprendre à ton arrivée. En résumé, c’est le sésame qui va te permettre de travailler sur le territoire britannique. Pour ce faire, tu dois téléphoner (0345 600 0643 – du lundi au vendredi de 8H  à 18h) à un Job Centre afin d’obtenir un rendez-vous, qui permettra de réaliser ton enregistrement. Pour cela, il est indispensable de disposer d’une adresse postale (il peut s’agir de celle de ton auberge de jeunesse, ou encore de la personne qui t’héberge) pour recevoir ta convocation et ton NIN (environ 4 semaines après ton rendez-vous).

Trouver un job

Il y a essentiellement deux groupes parmi les Français qui décident de s’installer au Royaume-Uni : ceux qui viennent améliorer leur anglais pour quelques mois, et ceux qui viennent poursuivre leur carrière. Si tu fais partie du premier groupe, c’est dans la restauration ou l’hôtellerie que je te suggère de t’orienter. D’après les échos que j’ai pu avoir, il suffirait de faire la tournée des établissements avec ses CV sous le bras. Beaucoup sont parvenus à trouver un emploi, en seulement une journée de recherches ! Autre bonne idée : postuler en tant que jeune au pair 😛

Pour le second groupe dont je fais partie, il n’y a pas véritablement de secret. Il faut postuler sur les sites carrières, via Linkedin, ou passer par des agences de recrutement. L’avantage, c’est qu’ici ils se moquent plutôt du diplôme, puisqu’ils ne connaissent pas sur le bout des doigts le classement de nos écoles. A contrario, ils valorisent l’expérience et la personnalité ! Avec donc un peu de jugeote, les portes du marché du travail te sont ouvertes, puisque les Londoniens n’expriment généralement aucune crainte à embaucher des Français (si ton niveau en langue demeure correct)  😉

Comment ouvrir un compte en banque au Royaume-Uni ?

Pour ma part, il m’a suffi de me rendre dans une branche de la Lloyds pour ouvrir un compte. La seule pièce justificative que l’on m’ait demandé fut mon passeport. Néanmoins, il arrive que certaines banques requièrent un justificatif de domicile. Si c’est le cas et que tu n’en as pas encore, passe ton chemin et essaie une autre agence ! C’est aussi simple que cela  😀

Effectuer des virements France-UK, et vice versa

Pour la plupart, les premiers mois nous devons multiplier les virements de compte(s) français à anglais. Mon conseil est d’éviter de passer par ta banque, qui va te faire payer le prix fort pour l’opération, ainsi que les frais de conversion d’euros à livres sterling.

Le service Transferwise que l’on doit au premier employé du géant Skype (ce qui constitue un énorme gage de qualité et de sécurité, à mon sens), te permet de faire des transferts d’argent internationaux à petits prix. Basé sur un système Peer to Peer (comme Emule, à l’époque 😮 ), il t’en coûtera en moyenne 2,5€ pour un virement de 500€ (£429). Si jamais cela t’intéresse, je te propose de te parrainer via ce lien.

Pour les plus frileux, sachez que tous les expats que je côtoie l’utilisent régulièrement, et que personne n’a aucun doute sur sa fiabilité. De plus, les transferts sont vraiment très rapides : entre 1 et 2 jours ouvrés.

Comment se faire soigner au Royaume-Uni ?

Bonne nouvelle : au Royaume-Uni, la plupart des soins basiques sont gratuits ! Ils n’incluent notamment pas les soins dentaires et ophtalmologiques. En arrivant, tu dois impérativement t’inscrire auprès d’un médecin traitant : « General Practionner » (GP). Cela se fait généralement via le Health Centre de ton quartier, que tu trouveras sur le site du National Health Services (NHS). En cas de petite grippe ou autres, celui-ci te prescrira divers médicaments qui seront tous au prix fixe d’environ £8.

Néanmoins, il est important de mentionner que de nombreux GP ont des horaires restreintes (le mien fait 9H – 17H). S’il t’est impossible de te libérer sur ce créneau-ci, sache qu’il existe des « walk-in centres » pouvant t’accueillir sans rendez-vous. Toutefois, en cas de gros bobos, je te recommande de foncer aux urgences ! À savoir : le numéro direct pour contacter les secours est le 999 :  911, c’est aux States  😳

souscrire à un abonnement téléphonique

N’ayant pas nécessairement besoin d’un nouveau smartphone, j’ai fait le choix d’acquérir une carte sim “pay as you go” avec Giffgaff (filiale de l’opérateur O2). Une fois muni d’une SIM que l’on peut facilement commandée sur leur site, il suffit d’acheter un Goody Bag (pack composé de minutes d’appel, de data et de SMS) via leur app, valable durant un mois. Par exemple pour £10, j’ai 500 minutes, SMS illimités et 2GB. Autre point positif, mise à part l’attractivité de leurs tarifs, beaucoup d’expats ont Giffgaff et les appels vers les utilisateurs de ce même opérateur sont gratuits.

Voici pour mon guide d’installation sur Londres : j’espère qu’il t’aidera dans tes futurs projets ! Je n’ai pas tellement évoqué le coût de la vie et celui des transports, n’hésite donc pas à me solliciter par commentaire si tu souhaites que je développe ces deux sujets.

Crédit photo de couverture : Lifeofpix

Dinerama à Shoreditch

bonnes adresses Londres Royaume Uni

Dinerama à Shoreditch

Dinerama, c’est la bonne idée du vendredi soir, pour aller relâcher la pression après une semaine chargée au boulot ! On peut aussi bien se payer des coups à boire, que se commander un petit plat dans l’un des stands de street food. C’est aussi l’endroit idéal pour accueillir des amis venus passer le week-end dans la capitale anglaise, et les immerger dès leur descente de l’Eurostar, dans l’ambiance festive du quartier de Shoreditch ! L’avantage, c’est qu’il n’y a aucune réservation à faire (entrée gratuite jusqu’à 19h, puis £3). Dinerama fermant ses portes aux alentours de minuit, rien ne t’empêche – si le cœur t’en dit – de poursuivre le reste de la soirée à faire la tournée des nombreux bars situés dans les alentours.

Photo provenant du site Happening London

Dinerama, LondresDinerama, LondresDinerama, Londres

Comment se rendre à Dinerama ?

Dinerama qui a des airs de vieil entrepôt réhabilité et qui peut accueillir jusqu’à 1000 personnes, est accessible tous les jeudis, vendredis, et samedis de 17H (gratuit jusqu’à 19H, puis £3) à minuit. Pour t’y rendre il te suffira de t’arrêter à Old Street (Northern Line) ou Shoreditch High Street (Overground).


Dinerama, Londres

De notre côté, une amie nous avait gracieusement passé des places incluant une entrée gratuite et 4 boissons offertes. Ce fut l’occasion de siroter quelques Brit Spritz, un cocktail à base de prosecco, martini, et fleur de sureau  😎

Dinerama, LondresDinerama, Londres

Que peut-on faire à Dinerama ?

Agencé sur 2 étages (dont un super rooftop) et disposant de salles aux ambiances variées avec un DJ résident, Dinerama offre un large choix en matière de boissons et nourriture. Voici les stands que nous avons eu la chance de découvrir (il semblerait que la sélection change régulièrement) :

Côté food

drinks

BBQ Lab : des wings dont il paraît que la sauce est à tomber par terre

Duck’N Roll : des burgers et des wraps à base de viande de canard

Farang : de la street food thaïlandaise

Fundi Pizza : ils sont aussi à Camden

Lagom : de la viande, de la viande & encore de la viande

Prawnography : recettes à base de crevettes

You Doughnut ! :  des sucreries faites à la main

Yum Bun : des brioches moelleuses & salées comme on peut en trouver à Taïwan ou au Japon

Big Bar : le bar principal

Dick’s Magic T-bar

Notre choix s’est porté sur Duck’N Roll : j’ai choisi le burger façon Rossini avec foie gras poêlé et crème de truffe (£11 avec les frites), dont tu peux découvrir une partie de la recette dans la vidéo ci-dessus  😆

Dinerama, LondresDinerama, LondresDinerama, LondresDinerama, Londres

À l’instar du Boxpark (situé aussi à quelques pas de la station de Shoreditch High Street), Dinerama est encore une fois un endroit à la cool, comme en regorge l’Est londonien ! J’ai déjà hâte que les beaux jours arrivent, pour pouvoir profiter de la terrasse extérieur   😀

Crédit photo de couverture : Standard

Ces petites choses #5

bonnes adresses ces petites choses Londres Royaume Uni

Ces petites choses #5

Pour débuter la semaine, et se remettre doucement du week-end, je te propose une nouvelle édition de “Ces petites choses”. En effet, lorsque je m’y suis penchée de plus près, j’ai pu me rendre compte que j’avais complètement délaissé cette rubrique. Aussi, je te propose une sélection des endroits et des objets qui m’ont mis du baume au cœur ces derniers temps !

Les bracelets B.A.M

Récemment, j’ai découvert que Showroomprivé (et aussi Vente-privée)  livrait en Angleterre. Au détour d’une newsletter subtilement reçue autour de payday (jour de paie), j’ai totalement craqué pour l’esthétique de ces joncs et de ce bracelet B.A.M, dont les messages gravés sont synonymes de good vibes ! Pour £15 chacun au lieu de £45, autant te dire que je ne me suis pas fait prier. À la réception (1 mois après), j’ai été très surprise de la qualité des produits. Du coup, je trépigne déjà d’impatience à l’idée d’une nouvelle vente !

Bracelets B.A.M

Neals’s Yard

Comme spot instagram-friendly, on ne peut pas faire mieux ! Neal’s Yard est une cour exiguë située à seulement 3 minutes à pied de la station de métro Covent Garden (Picadilly line). Localisée entre les rues Shorts Garden et Monmouth Street, comme le montre la carte ci-dessous, j’ai adoré ses pans de murs colorés et son esprit très bobo. Bref, impossible de résister à l’envie de réaliser quelques clichés 😀

Neal's Yard LondresNeal's Yard LondresNeal's Yard LondresNeal's Yard Londres

Old Spitafields Market

Cet ancien abattoir qui a été rénové en halles, et qui abrite désormais un petit marché couvert, est l’un des premiers lieux que j’ai visités à Londres. Comme pour beaucoup, la magie a opéré et je continue de m’y rendre régulièrement tantôt pour déjeuner, ou pour trouver de l’inspiration quand je suis à la recherche de cadeaux à offrir. En effet, de nombreux articles de qualité fabriqués à la main y sont vendus, et je finis presque toujours par trouver quelque chose à acheter ! Pour les amateurs de fromage, je vous avais conseillé Androuet dans un précédent billet consacré aux bonnes adresses pour manger dans la capitale anglaise. Enfin, pour les amateurs de shopping, je vous conseille vivement de visiter la boutique Inspatifields située près des stands de street food, dont la sélection d’objets ne manquera pas de vous faire craquer !

Food Spitafields MarketSpitafields market 4Boutique Spitafields Market 2Boutique Spitafields MarketSpitafields market 3Tables à Spitafields MarketAutour Spitafields MarketThe English Restaurant

Gourmet Burger Kitchen

Je ne suis généralement pas fan des chaînes (Pizza Express, Zizzi, Nando’s, & cie…), mais je dois avouer que j’ai été ravie quand mes copines anglaises m’ont traîné la première fois chez GBK (Covent Garden, Soho, St Pauls, Berners Street). C’est un peu devenu notre spot favori pour le lunch du vendredi midi ! Si les recettes de burgers (£6 – £11) sont vraiment très sympa avec une cuisson medium rare tout à fait convenable, leurs frites de patate douce à la baconnaise (£4,15 – délicieux mélange de bacon et mayonnaise) sont littéralement à tomber !

Voici pour ma sélection, j’espère qu’elle te plaira et te fera découvrir des nouvelles choses sur Londres !  À très vite pour une nouvelle édition  😀

Barbican Conservatory

Londres Royaume Uni

Barbican Conservatory

Il existe un tas de petites choses qui font que mon cœur a balancé davantage du côté de Londres, plutôt que celui de Paris. Depuis j’ai emménagé en Juin 2016, j’ai pu profiter des nombreux coins de verdure qu’offrait la capitale anglaise : Hyde Park, Victoria Park, Regent’s Park sont autant de lieux verts se trouvant en pleine ville et dont nous les citadins pouvons profiter tout au long de l’année !

Barbican Centre

Considérée comme une véritable oasis au milieu d’une jungle urbaine, la serre du Barbican Centre (3ème étage) ouvre gratuitement ses portes certains dimanches de midi à 17 heures. Pour connaître les prochaines dates d’ouverture du Barbican Conservatory, c’est par ici.

Cactus BarbicanDans ce lieu exigu mais étonnant, 2000 variétés de plantes parmi les plus exotiques, ont élu domicile. Cela en fait un lieu idéal pour s’évader durant un après-midi ou s’abriter par temps de pluie. En effet, il est autant possible de méditer, que de s’asseoir sur un banc au cœur de la végétation luxuriante et dessiner, ou encore  d’organiser un shooting photo impromptu.

Barbican Centre PalmierBarbican Centre Serre

Comment se rendre au Barbican Centre ?

Pour les passionnés de flore et de botanique, ou ceux qui ont tout simplement envie de se changer les idées, cette serre est facilement accessible depuis le métro Barbican Station (Metropolitan, Circle et Hammersmith lines).

Barbican CentreBarbican Centre 3

Que peut-on faire d’autre au Barbican Center ?

Il n’est pas nécessaire d’avoir la main verte pour se rendre au Barbican Center. C’est-à-dire que dans ce lieu culturel qui fait la part belle à l’architecture brute, on peut aussi bien aller à la projection d’un film (bon plan : £6 le lundi pour tous, et £5 pour les -25 ans du lundi au jeudi), que découvrir les expositions en cours, assister à une représentation théâtrale, ou bien déjeuner sur la terrasse.

En parlant de la terrasse, celle-ci vaut largement que l’on s’arrête pour y jeter un coup d’œil. En effet, il s’agit d’un véritable écrin de béton, esthétiquement perturbant, où les enfants peuvent gambader à loisir. De rien, pour l’analyse 😉

Cactus Barbican 2Barbican Centre 4

Je te conseille réellement cette visite qui change, pour un dimanche après-midi où tu t’es levé un peu très tard. À noter aussi qu’il est possible de faire un Afternoon Tea au cœur même de la serre, pour £27,50. Bref, ce fut un détour très chouette pour se ressourcer au calme avant la reprise du lundi, qui m’a aussi rappelé la visite du Botanic Garden de Singapour.

Maltby Street Market

bonnes adresses Londres Royaume Uni

Maltby Street Market

Les jours passent et ne ressemblent pas à Londres, fort heureusement ! Quand la fin de semaine arrive, vient avec elle de nouveaux spots à photographier, de nouveaux plats à goûter, et de nouvelles activités à tester. Ce week-end a été, pour tout te dire, parfait. Plutôt que de lézarder sous la couette et puisque le soleil avait décidé de pointer le bout de son nez, nous avons enfourché nos vélos pour aller à la découverte d’un Londres différent !

Vélos Maltby Street Market

Maltby Street Food Market

Localisé de l’autre côté de Tower Bridge – dont rien que la traversée à vélo (comme à pied) est à couper le souffle – ce marché trendy mais abordable comme on les aime, abrite une vingtaine de stands et de petits restaurants. Rassure-toi, il reste aussi accessible en transport via la Jubilee Line, en t’arrêtant soit à Bermondsey (12 min de marche) ou bien à la station précédente London Bridge (16 min).  A noter que la seconde option te permettra de découvrir Borough Market, le marché le plus connu de la capitale anglaise.

Maltby Street Market 2Pour en revenir au Maltby Street Market, niché dans une rue atypique comme on en trouve beaucoup à Londres (entre d’un côté des docks et de l’autre des habitations lambda), ce fut l’occasion de découvrir de nouvelles recettes à déguster sur le pouce. Ouvert le samedi de 9H à 16H, et le dimanche de 11H à 16H, je te recommande de ne pas y aller trop tard tant il est fréquenté !

Maltby Street MarketLassco Maltby Street MarketSi François a choisi un classique steak frites (£8) – avec oh oui enfin, une cuisson saignante décente – j’ai préféré la fraîcheur de l’ananas et de la coriandre alliée à du chicken satay (£6) !

Food Maltby Street MarketWaffles Maltby Street Market 2Et puisque ça fait des mois que l’on me tanne de goûter ces fameuses gaufres taïwanaises spongieuses (Dhan_Waffle), j’ai enfin cédé à la tentation et en ai commandé 3 au Nutella et 3 au caramel beurre salé (£6). Oui, rien que cela : je ne fais pas souvent les choses à moitié. Pour info, c’était un vrai délice  🙂

PROMENADE SUR LES BORDS DE LA TAMISE

Après cet intermède gourmand, nous sommes revenus par le Blackfriars Bridge et en avons profité pour marcher au bord de la Tamise. C’est une balade que j’adore et que je conseille vivement de faire jusqu’à Buckingham Palace, tout en marquant un stop sous Big Ben ainsi que l’Abbaye de Westminster. Je t’ai concocté un itinéraire ci-dessous, qui même si tu n’es pas équipé, peut se faire facilement en louant un “Boris Bike” ou Santander Cycle à £2 par jour.

London BlackfriarsThe ChardLondon Blackfriars 2London skylineBlackfriars bridgeLondon Eye Big Ben

 

J’espère que cette petite excursion t’aura plu et que surtout, elle t’aura donné envie de découvrir ce petit marché caché. Pour ma part, je trouve que l’option street food est toujours à prendre en compte lors d’un voyage, tant elle permet d’alléger le budget alloué à la nourriture, dont les économies pourront être consacrées à d’autres activités touristiques.