Blablabla lecture

Mes 2 dernières lectures

A Paris, j’avais pris un assez bon rythme de lecture. Toutefois en arrivant à Londres, j’ai quelque peu perdu cette bonne habitude au profit de mes soirées Netflix & chill. Néanmoins, je dois avouer que la lecture m’est bien plus précieuse car elle fait appel à mon imagination. Quand j’entame un bouquin, j’arrive très vite à me projeter dans l’histoire et son décor. Dans mon esprit, les traits des divers personnages se dessinent page après page, comme si les mots me permettaient d’établir aussitôt un portrait-robot imaginaire.

Dans mes valises, j’avais emporté avec moi deux ouvrages repérés sur la toile : Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une de Raphaëlle Giordano, ainsi que Ravie de Sylvie Ohayon. Je dois dire que ni l’un ni l’autre m’ont fait beaucoup d’effet. J’avais cru comprendre qu’il s’agissait de livres inspirationnels qui lorsque je les aurais refermé m’aurait fait bondir hors de mon siège pour aller croquer la vie à pleine dents. Au contraire, j’ai eu beaucoup de mal à me plonger dans leurs histoires et à m’approprier les sentiments des personnages principaux. C’est-à-dire aussi que le profil ne collait pas vraiment : deux mères de famille qui cherchent un sens à leur vie…

Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une de Raphaëlle Giordano

Camille, trente-huit ans et quart, a tout, semble-t-il, pour être heureuse. Alors pourquoi a-t-elle l’impression que le bonheur lui a glissé entre les doigts ? Tout ce qu’elle veut, c’est retrouver le chemin de la joie et de l’épanouissement. Quand Claude, routinologue, lui propose un accompagnement original pour l’y aider, elle n’hésite pas longtemps : elle fonce. À travers des expériences étonnantes, créatives et riches de sens, elle va, pas à pas, transformer sa vie et repartir à la conquête de ses rêves…

Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une - Raphaëlle GiordanoMon avis : J’ai trouvé dans l’ensemble le le concept du livre assez intéressant, avec un petit twist final sympathique. Toutefois, je n’ai pas accroché avec le style de l’écriture vraiment trop simple à mon goût. J’imagine qu’avec un style plus travaillé, cet ouvrage m’aurait encore plus fait de bien au moral. Néanmoins, je pense que c’est un joli cadeau à offrir tant il nous rappelle combien il est important de prendre soin de soi et d’apprécier les bonheurs simples de la vie. Être en accord avec nous-même dans une société où la plupart de pans de notre existence sont régies par des codes, doit être primordial. Bref, ce roman a mi-chemin entre le coaching et le feel-good est rafraîchissant, mais je ne suis pas certaine qu’il pousse de nombreux lecteurs à prendre un nouveau départ.

Ravie de Sylvie Ohayon

Raphaëlle, bourgeoise entre deux âges, mal-aimée, hystérique et jalouse, projette d’enlever Cindy, la maîtresse de son mari, pour la séquestrer dans une cave. Dans cette lutte sans pitié, Steven s’immisce. Le récit d’une rencontre entre deux femmes que tout oppose.

Ravie - Sylvie OhayonMon avis : Dans ce livre composé en deux parties, j’ai extrêmement eu du mal à me reconnaître dans ce personnage principal exécrable. Certes, cette colère qu’elle renferme cache des traumatismes et de la fragilité, pour autant le seul sentiment que j’ai pu avoir à son égard, durant ma lecture, est de la pitié. Ce n’est finalement qu’en seconde partie de l’ouvrage que j’ai réussi à véritablement rentrer dans le bouquin et à “pardonner” les méfaits de Raphaëlle. On y découvre aussi de nouveaux personnages dont les histoires entremêlées sont très touchantes. Dans ce huis-clos, de nombreux thèmes sombres sont abordés, et on devient témoin de la reconstruction de chaque protagoniste. Concernant le style d’écriture, je l’ai trouvé très original : il a servi, à mon sens, à donner du relief à l’histoire contée.

Crédit photo : Pixabay

Ecrire un mot doux