ces petites choses Films Londres

Ces petites choses #6

Une nouvelle semaine s’est écoulée et voici qu’arrive la sixième édition des Petites Choses ! De mon côté, j’en ai profité pour préparer des articles, j’ai aussi retrouvé mes amis autour d’un délicieux dîner aux saveurs indiennes chez Tayyabs dont il faut que je te reparle, j’ai aussi participé à une soirée Alumni sur le campus de Londres de mon école, et j’ai goûté samedi dernier à mon premier Afternoon Tea depuis que je suis “British” ! Comme j’aime lorsque mes semaines sont remplies, cela me procure un sentiment de satisfaction qui me pousse à en faire davantage dans ma nouvelle ville d’adoption ! Trêve de bavardages : voici les dernières petites choses qui m’ont fait sourire et réagir en ce début du mois de mars.

Recevoir ma commande Farmdrop

J’ai toujours entendu dire qu’en Angleterre, on mangeait mal ! Ce faux témoignage, j’essaie de te le faire oublier en publiant régulièrement mes bonnes adresses à Londres. Néanmoins, bien qu’elles soient nombreuses je n’ai ni les moyens, ni la volonté de manger midi et soir au restaurant. Si les premiers mois, je n’avais pas de réelle motivation à cuisiner, celle-ci a été ressuscitée quand une amie m’a fait découvrir Farmdrop.

Ce site internet fonctionne comme un marché local mais en ligne, et me permet de me faire livrer mes courses sous 2 jours ! Grâce à Farmdrop, j’ai dégoté de délicieux fromages, de la viande à la fois tendre ainsi que juteuse, et j’ai retrouvé des légumes de saison qui ont véritablement de la saveur. De l’autre côté de l’écran, les petits producteurs ne sont pas en reste puisqu’ils récupèrent entre 70 et 75% du prix de vente, contre 25 à 50% s’ils étaient passés par une grande enseigne. Côté prix cela reste hyper raisonnable comparé à Tesco et Sainsburys, étant donné la fraîcheur et la qualité des produits ! Si cela t’intéresse, je te propose de te parrainer par email : cela nous fera gagner £40 à dépenser chacun sur la plate-forme  😀

Le film “Lion”

En 2017, j’ai été voir La la LAND, Gold, Split et… Lion ! Ce dernier long-métrage a été une claque monumentale ! C’est simple, j’ai trouvé que chaque minute voire chaque seconde de ce film était justifiée. Voici le synopsis : Une incroyable histoire vraie : à 5 ans, Saroo se retrouve seul dans un train traversant l’Inde qui l’emmène malgré lui à des milliers de kilomètres de sa famille. Perdu, le petit garçon doit apprendre à survivre seul dans l’immense ville de Calcutta. Après des mois d’errance, il est recueilli dans un orphelinat et adopté par un couple d’Australiens. 25 ans plus tard, Saroo est devenu un véritable Australien, mais il pense toujours à sa famille en Inde. Armé de quelques rares souvenirs et d’une inébranlable détermination, il commence à parcourir des photos satellites sur Google Earth, dans l’espoir de reconnaître son village. Mais peut-on imaginer retrouver une simple famille dans un pays d’un milliard d’habitants ?

J’ai donc adoré ce film : il faut dire que le registre des histoires vraies adaptées sur grand écran est l’un de mes favoris. J’ai été bouleversée par l’interprétation de Saroo à 5 ans par Sunny Pawar, et à 25 ans par Dev Patel, dont on sait qu’il prend toujours soin de choisir minutieusement chacun de ses rôles ! Je trouve que cette histoire qui met au centre le questionnement de l’identité peut toucher de nombreux spectateurs, et c’est en ça que j’aime le cinéma. Évidemment, la partie où il prend la décision de véritablement retracer son histoire et partir à la recherche de sa famille biologique aurait davantage pu être travaillée (puisque abordée de manière rapide et superficielle – n’oublions pas qu’il s’agit du premier long-métrage du réalisateur), il n’empêche que j’ai été scotchée jusqu’à la dernière seconde !

Récit réaliste sur l’expatriation

J’ai beaucoup aimé lire cet article au sujet de l’expatriation, par Em de Let-Em-go. En effet, dans l’imaginaire de nombreuses personnes, le fait de vivre à l’étranger est uniquement une chance. À mon sens, c’est une opportunité que l’on s’est vu offrir ou que l’on a provoqué, car choisir d’immigrer n’est pas tous les jours une décision facile à vivre. Outre le décalage culturel auquel on se frotte, on doit (et donc oui, on “peut”) tout reprendre à zéro. Alors, certes, pour certains c’est une chance : de tourner la page, et de commencer à écrire une nouvelle histoire, mais pas pour tous ! Bref, un récit intelligent qui mérite d’être lu et compris  😉

Lunch on the #Thames river 🐋🌅🌊 #London

A post shared by 🇫🇷 Sophany Lisa✌ (@sophanylisa) on

Poème de Shel Silverstein

C’est en visionnant la dernière vidéo (toujours autant empreinte de sensibilité) de Claire Marshall, que j’ai fait la découverte de ce joli poème. J’aime sa simplicité et surtout le message qu’il délivre : très inspirant !

Un joli intérieur londonien

Enfin, en me baladant sur Planète-Déco comme j’adore le faire régulièrement, je suis tombée sur des clichés de cet intérieur hyper soigné et lumineux. Comme j’aimerais rencontrer le propriétaire de ce loft londonien et qu’il me raconte d’où lui provient son inspiration !

À bientôt  😀

Crédit photo de couverture : Pixabay

Ecrire un mot doux

Comments (2)

  1. Hello Sophany! Je suis super intéressée par Farmdrop ! =D Je te laisse mon mail dans les infos, et comme je viens de découvrir ton blog et que je l’aime déjà, je te suis sur Instagram. ^^
    See you soon!

    1. Hello Ophélie, merci pour ton message qui me fait trop plaisir. Je vais t’envoyer de ce pas une invitation pour Farmdrop. Si tu en as besoin, je peux aussi te recommander les produits que j’ai testé (notamment le fromage, les viandes et les bundles de fruits et légumes). Tiens moi au jus ☺