Category: Voyages

États-Unis

New York : City guide

Disposant d’encore quelques jours de congés, j’ai décidé en août dernier, juste avant notre séjour en Grèce, de prendre un aller-retour pour New York. Ma cousine résidant et travaillant à Brooklyn depuis 3 ans et demi, ce fut l’occasion d’organiser un girl trip !

C’était la seconde fois que je posais les pieds sur le sol américain. En effet, j’avais déjà eu la chance de visiter New York et Washington DC avec mes parents en 2009. J’avais alors 16 ans et j’avais déjà réalisé à l’époque un vlog. Cette fois aussi, j’ai réalisé une vidéo (bien plus réussie d’ailleurs), et elle se trouve ci-dessus.

Drapeau américain

New York avec Norwegian Airlines

Le 30 Septembre dernier, je me suis donc envolée vers les États-Unis avec la compagnie Norwegian qui dessert New York JFK depuis London Gatwick. Avec une réservation faite environ un mois et demi avant le départ, je m’en suis sortie pour £400 aller/retour. À noter qu’il était possible de ne payer que £300, avec seulement bagage cabine et sans le repas.

D’autre part, j’ai fait la connaissance sur place d’une irlandaise qui elle a payé seulement £120 pour son vol son aller-retour, en réservant 8 mois à l’avance. Pour en dire davantage sur la compagnie, j’ai trouvé l’avion très confortable en classe économique et le service hyper satisfaisant.

Liberty Island depuis Hudson River

Que faire à New York ?

Comme beaucoup de touristes, je l’imagine, j’ai été dévorée par une étrange “boulimie” durant ce séjour : c’est simple, je me réveillais très tôt et me coucher tard car je souhaitais tout (re)voir, tout faire, tout goûter… Hormis la liste d’incontournables (Central Park, Statue de la Liberté, Grand Central, Times Square…) qui me paraît inutile de citer et décrire, tu trouveras ci-dessous ma liste de bons plans du côté des visites :

  • Sandeman Walking Tour (3 heures): la balade débute au pied du Museum of the American Indian, localisé près du métro Bowling Green. On ne marche pas beaucoup durant cette visite, mais on découvre tout de même de nombreux points d’intérêt du Lower Manahattan tels que : Wall Street, 9/11 Memorial, Battery Park, Fraunces Tavern, Canyon of Heroes, Charging Bull…

Wall Street New York

  • Brooklyn Bridge, Brooklyn Heights & DUMBO Walking Tour (3 heures) : le tour débute à la fontaine de City Hall, avant que le groupe puisse entamer la traversée de l’iconique mais périlleux Brooklyn Bridge (attention aux cyclistes et aux perches à selfie). La visite se poursuit ensuite dans les rues huppées de Brooklyn Heights, avant de s’achever au Fulton Ferry Landing à DUMBO qui offre une vue imprenable sur la skyline.

Brooklyn BridgeBrooklyn Bridge vueFreedom Tower du Brooklyn BridgeDUMBOBridge New YorkSkyline New York

  • SoHo, Little Italy & Chinatown Walking Tour (2 heures) : la première partie de la visite se concentre sur SoHo (en passant par Spring Street, Iron District, Haughwout Building, l’ancien condo d’Heath Ledger), avant de descendre sur Little Italy, puis terminer sur Canal Street au cœur de Chinatown. Ce fût l’occasion d’en apprendre davantage sur ces deux groupes d’immigrés et de mieux comprendre leur intégration.

Soho New YorkLady Liberty Street Art New YorkChinatown New YorkChelsea New YorkLittle ItalyStreet Art New YorkChinatownCanal Street

  • Chelsea, Greenwich Village & High Line Walking Tour (3 heures) : les deux premières heures du tour sont consacrées à Greenwich Village, un quartier où la culture est à l’honneur :  de Bob Dylan en passant par Jimi Hendrix au Café Wha, ou encore l’appartement de Monica dans Friends, les références sont nombreuses ! Ensuite le guide nous dirige jusqu’à la High Line, un parc urbain suspendu qui vaut véritablement le détour.

High Line New YorkHigh Line New YorkHigh Line New York Empire State Building

  • Généralités sur les walking tours : l’ensemble des walking tours cités ci-dessus sont “gratuits”, mais il convient toujours de donner un pourboire aux guides pour leurs temps. Pour ma part, je donnais à chaque fois $20.
  • Barge Willy Wall à Jersey City : un bar aménagé sur les rives de l’Hudson River et qui offre une vue à couper le souffle sur Manhattan. Le coût de la traversée est de $30. Attention si tu as le mal de mer, cette visite est à éviter.

Skyline depuis Hudson RiverEmpire State Building, vue depui l'Hudson River

  • Memorial 9/11 : cette visite est incontournable. J’avais quelques appréhensions à la faire mais j’ai trouvé l’ensemble très juste. On y passe facilement entre 2 et 3 heures. Le tarif s’élève à $24 + $2 de frais de gestion, et $7 en option pour l’audio guide commenté par Robert De Niro. J’ai trouvé les témoignages hyper intéressants, donc je te recommande de le prendre si tu en as les moyens. En achetant et en choisissant mon horaire sur internet, j’ai pu rentrer en moins de 10 minutes dans le mémorial. Il est aussi possible d’acheter des billets sur place, mais le fil d’attente est généralement assez longue.
  • Top of the Rock ($34) : comme pour le mémorial du 11 Septembre, on book en avance un créneau à une horaire précise. C’est définitivement la plus belle vue de NYC à mon sens. L’observatoire se divise en 3 parties, dont la partie la plus haute offre une vue à couper le souffle sur Central Park, et de l’autre côté sur l’Empire State Building. La vue n’est pas obstruée par d’horribles vitres en plexiglass ou grillages, ce qui permet d’en prendre plein les yeux.

Top of the Rock vueCentral Park du Top of the RockVue du Top of the Rock

  • Williamsburg (métro Bedford Avenue) : considéré comme le quartier hipster de Brooklyn, j’ai trouvé que cet endroit avait des airs d’East London, là où j’habite au Royaume-Uni. On y apprécie ses petits cafés, ses jolies boutiques, ses habitants aux looks bohèmes, loin de la frénésie de Manhattan.
  • Bushwick (métro Jefferson Street) est définitivement un quartier haut en couleurs, et où le street art est roi. Même les publicités sont peintes et non plus imprimées comme on a l’habitude de le voir. Si les rues peuvent paraître désaffectées au premier abord, il n’est pas rare de croiser des graphistes en plein travail.

Bushwick street art 2Bushwick street art

  • Tabernacle Brooklyn : si tu souhaites vivre l’expérience d’une messe à l’américaine, je te recommande vivement cette congrégation qui va t’en mettre plein la vue.  La messe s’articule en deux parties : une heure de chants, puis une heure de prêche. Le chœur et ses solistes sont hyper talentueux et n’ont pas manqué de me donner des frissons. Point positif : c’est totalement gratuit ; toutefois comme dans toutes les églises, c’est toujours appréciable de laisser quelques dollars pour la quête.
  • Cosney Island : pour ma dernière journée, j’ai voulu visiter cette île au sud de Brooklyn pour m’imprégner de l’univers rétro des fêtes foraines que j’adore tant. Ce fût aussi l’occasion de respirer l’air marin avant mon vol retour sur Londres.

Grande roue Cosney IslandCosney Island

  • Musical à Broadway : ma cousine m’a emmené voir la comédie musicale Anastasia. C’était un spectacle éblouissant, et je suis sûre qu’il l’adapteront bientôt à Londres !
  • Bruno Mars au Barclays Center : la cerise sur le gâteau ! Je cherchais des places pour ce concert depuis août, et c’est finalement le jour J que j’ai rachetée ma place à moindre prix via Viagogo. Evidemment, se rendre à un concert n’est pas indispensable, mais je dois avouer que cette soirée à ajouter de la magie au séjour  😉

Flat Iron

Où manger à New York ?

Avant de partager avec toi mes adresses, je te rappellerai simplement d’éviter tant que possible la zone de Times Square. Ce serait un peu comme manger à Saint-Michel à Paris, ou à Piccadilly Circus à Londres : en résumé, pas vraiment la meilleure des idées si tu recherches de la qualité à un prix raisonnable. Par ailleurs, n’oublie pas de laisser un tip (pourboire) d’environ 20% pour chaque service.

Lower Manhattan :

  • Le District : un food court premium dédié à la cuisine française. Fromages, charcuterie, viande cuite saignante… Un bonheur pour les “expats” que nous sommes – $20 pour un plat & service inclus. Il existe aussi la version italienne Eataly, qui est apparemment excellente.

Middletown :

  • Oriental Garden : ce restaurant qui se trouve au cœur de Chinatown sert de succulents Dim Sum. Ce qui m’a plus c’est qu’on ne commande pas sur le menu. Les serveurs passent régulièrement entre les tables pour présenter les diverses spécialités cantonaises, tout en prenant le soin de nous expliquer brièvement la recette. De cette façon,on ne peut pas commettre d’erreur de compréhension, et les Dim Sum restent à bonne température – $18 par personne avec thé (service inclus).
  • Jack’s wife Frida : deux adresses qui font fureur à NYC et qui servent des sortes de brunchs/breakfasts healthy. C’était très bon et copieux (j’ai pris le Breakfast Bowl) mais je dois avouer que ce n’était pas non plus incroyable ou hyper créatif – $20 pour un plat (service inclus).
  • Chelsea Market : cette grande halle est l’endroit idéal pour ceux qui voyagent en groupe et qui ne parviennent pas toujours à se mettre d’accord sur l’endroit où se restaurer. On trouve tous types de cuisine. Je te recommande néanmoins Los Tacos no.1 (particulièrement celui au bœuf), ainsi que Nuom Pang (une sandwicherie cambodgienne) – $9 pour 2 tacos.
  • Burger & Lobster : avec des prix un peu moins élevés que Luke’s et un set menu complet (homard + salade + frites), ce lieu conviendra davantage aux petits budgets. Pour ma part, j’ai préféré Luke’s car plus goûtu, mais je recommande néanmoins cette adresse – $24,50 pour un plat  (service inclus).
  • Sweet Corner Bakery : ce n’est pas un secret, je ne suis pas une sweet tooth. Cependant, j’ai trouvé l’alternative parfaite dans ce petit café : un cookie au pépites de chocolat et gros sel. Oui, oui, c’est comme le caramel beurre salé : il faut le goûter pour le croire – $7.

Brooklyn :

  • Hanco’s : un délicieuse adresse vietnamienne qui se situait à côté de la maison de ma cousine et qui sert de succulents Banh Mi (sandwich traditionnel). Pour ma part j’ai pris la version grilled pork, et je m’en lèche encore les babines – $10,50 pour un sandwich et un bubble tea (service inclus).
  • Luke’s : cette chaîne sert d’excellents Lobster Roll. Le prix peut paraître excessif (£18 pour le mini sandwich), cependant c’est un véritable régal. De plus, on en trouve un peu partout à NYC.
  • Pâtisserie japonaise Tomoko : une petite adresse où déguster un délicieux the glacé à la lavande ou encore un matcha dans sa version froide, accompagnée d’une pâtisserie (mochis, crème brûlée au sésame…).
  • La Bagel Delight : la Mecque du Bagel avec un grand B. Toutes les combinaisons d’aliments sont possibles. D’une taille conséquente, c’est l’idéal pour l’heure du brunch ou le déjeuner – $8,70 pour un sandwich au saumon et cream cheese.
  • Positano : un restaurant italien hyper savoureux situé dans la partie la plus basse de Brooklyn. Ma cousine et moi y avons été conviées par une amie à elle d’origine italienne. Au menu : calamars frits, mozzarella crémeuse, meatballs, vodka pastas, poulet masarla, et pâtisseries type canoli. De quoi renforcer mon désir de visiter la côte almafienne.
  • Amami à Williamsburg : un restaurant japonais à l’ambiance hyper relax qui sert les meilleurs ramens qu’il m’aient été donnée de goûter dans ma vie – $18,50 pour un plat (service inclus).
  • Court Street Grocers : un petit café où j’ai découvert l’une des spécialités de la Grosse Pomme, le Reuben. Ils ‘agit d’un sandwich toasté et qui mélange du corned-beef, de la choucroute, de l’emmental, et de la sauce russe : un mélange hyper étonnant, mais pourtant savoureux – $12.

Madison Street

Où prendre un verre à New York ?

  • À Brooklyn : McCaren Hotel. Un super rooftop hyper cozy, dont une partie se trouve en extérieur. On s’installe bien volontiers dans les canapés aussi design que moelleux, pour admirer la skyline de tout en sirotant un mojito à la passion – $30 pour deux verres (service inclus).
  • À Manhattan : 230 Fifth Street. Une bonne alternative pour ceux qui n’ont pas envie de faire le Top of the Rock et qui souhaite avoir une vue imprenable sur l’Empire State Building. Ce rooftop bar offre une vie spectaculaire. On peut s’asseoir pour y boire un verre où manger dès 16H tous les jours – $15 pour un cocktail (service inclus).

Empire State Building

Où faire du shopping à New York ?

Même en essayant d’avoir un lifestyle minimaliste, il est difficile de ne pas craquer côté shopping à New York. Voici donc mes bons plans :

  • Century 21 : aller à celui de Brooklyn (métro Jay Street Metrotech) ou celui de Cortland Street près du World Trade Center, qui ont une offre hyper large de fringues et qui sont très bien agencés. J’y ai fait de très bonnes affaires notamment sur du Levi’s, Michael Kors, Tommy Hilfinger et Kate Spade à au moins moitié prix. De plus, ils font de nombreuses offres supplémentaires qui poussent clairement à la consommation. Par exemple : en dépensant plus de $150 j’ai eu droit à une remise de $30 sur mon total.
  • Jay Street Metrotech : outre l’énorme Century 21, on y trouve aussi des factory stores comme ceux de Banana Republic ou Anne Taylor. J’ai trouvé aussi de nombreuses boutiques de sneakers à des prix bien moins élevés que ceux de Manhattan.
  • Union Square : on y trouve toutes les grandes enseignes internationales. Pour ma part, j’y suis allée pour Nordstrom Rack, une boutique similaire à Century 21.
  • Herald Square : il y a un grand Sephora et un Macy’s. J’y ai aussi découvert Old Navy et JCPenney – deux enseignes qui d’apparence ne vendent pas du rêve – mais où je suis parvenue à dégoter quelques pépites.
  • Broadway Lafayette : on y trouve American Eagle Outfitters, Adidas, Nike, Victoria Secret…
  • Target : je te conseille d’y aller pour les souvenirs alimentaires, la décoration, mais aussi le maquillage.
  • Quant aux autres drugstores, je suis essentiellement allée chez CVS et Duane Reade. Ils y vendent du Milani, NYX, Revlon, Sally Hansen, CoverGirl, Wet n Wild, Physicians Formula, LA Girl…
  • Artists & Flea (plusieurs adresses) : ce collectif d’artistes proposent une sélection variée d’objets et vêtements en tout genre. Pour ceux qui seraient à la recherche de souvenirs hors du commun, je te suggère vivement de t’y rendre.
  • HBO Shop : localisé à deux pas de Time Square, j’y suis allée avant d’acheter des souvenirs Game of Thrones. Toutefois j’ai été assez déçue de la qualité de produits qui sont pourtant issus d’une licence. Honnêtement, ils faisaient pour la plupart un peu cheap.
  • Bath and Body Works : c’est un peu mon Disney à moi, où je ne manque jamais de faire une razzia sur les énormes bougies à trois mèches.
  • Et ce que j’ai préféré par dessus tout, ce sont les toutes petites boutiques que l’on trouve à Brooklyn. Les prix sont en moyenne plus élevés, mais on y dégote de sublimes souvenirs.

Times Square

Où dormir à New York ?

J’ai à vrai dire assez peu de conseils à fournir dans cette rubrique. En effet, la première fois où nous sommes venus avec mes parents, nous avons séjourné dans un hôtel situé sur Lexington Avenue, mais dont les prix sont à mon sens exorbitants. Cette fois-ci, j’ai dormi à Brooklyn chez ma cousine qui dispose d’une chambre d’amis. Cela dit, quand je reviendrai, je choisirai sans hésitation un Airbnb à Brooklyn, et je me pencherai aussi sur Jersey City qui paraît-il offre des prix défiant toute concurrence.

Rues de Brooklyn

Partir en septembre

En choisissant de partir fin septembre, je m’attendais à voir les premières feuilles d’automne tomber : ça n’a pas du tout été le cas. Pour ma part, j’ai trouvé qu’il a fait très chaud pour la saison. Certaines journées, lorsque je me promenais en plein soleil, la température tirait vers les 30 degrés. Septembre est donc une alternative parfaite à la hausse saison !

Dakota Hotel depuis Central ParkThe Mall Central Park

Se déplacer à New York

Le moins cher c’est d’acquérir une carte de transport 3, 7 ou 30 jours (valable dans les métros et les bus) selon la durée de ton voyage. Pour ma part, j’ai pris la carte hebdomadaire qui m’a coûté $32 (moins de $5 par jour) et que j’ai largement rentabilisée. La découverte de la Grosse Pomme se fait aussi à pied. Bien heureusement, la ville est construite selon une grille, ce qui facilite l’orientation. Pour tes déplacements, je te conseille aussi de télécharger ces deux applications hyper pratiques : Maps.me et NYC Subway qui te géolocalisent même hors ligne. Le point positif à New York, c’est que la wifi est disponible dans toutes les stations ainsi que les bus.

Pour rejoindre l’aéroport, plusieurs options s’offrent à toi :

  • Les célèbres taxi jaunes ou yellow cabs : environ $70 (service inclus) jusqu’à Manhattan.
  • Uber ou Lyft (concurrent d’Uber qui rencontre beaucoup de succès aux Etats-Unis)
  • Air train : le trajet coûte $5 et t’emmène du métro jusqu’aux divers terminaux de l’aéroport, et vice versa.

Freedom Tower

Mon bilan sur NEW YORK

J’ai vraiment adoré ce voyage en solo, qui m’a permis de (re)découvrir la Grosse Pomme à mon rythme. La ville est si grande que je n’ai pas trouvé que c’était répétitif par rapport à mon premier séjour en 2009. J’ai eu un immense coup de cœur pour Brooklyn, que je n’avais alors que brièvement aperçu. Moi qui avais en quelque sorte perdu tout intérêt quant au continent nord américain suite à mes récents séjours dans le reste du monde, j’ai compris à nouveau pourquoi ce lieu fascine tant. J’espère sincèrement pouvoir rendre visite à nouveau à ma cousine dans les prochaines années, mais je vais aussi m’intéresser de plus près à la côte ouest !

Drapeau Cosney Island

Grèce Voyages

Santorin : island guide

La troisième étape de notre échappée grecque nous a conduit sur sur l’île de Santorin. Pas un jour ne se passe sans que je ne vois passer des photos de cet endroit : il fallait donc l’inclure dans notre voyage pour pouvoir se dire “on l’a fait”. Nous avons donc pris à nouveau un ferry Blue Stars depuis Páros durant trois heures, et rejoint la plus Instagram-friendly des baies de la mer Égée.

Arrivée Oia Santorin

Quoi faire à Santorini ?

  • Oía est souvent cité comme le plus beau village de l’île. Si en journée le tourisme ne paraît pas être de masse ; à l’approche du coucher du soleil, une foule de vacanciers se retrouve pour partir à l’assaut du meilleur spot d’où admirer le coucher du soleil.

Oia 2Oia 3Oia 3

  • Fíra, c’est le deuxième village le plus connu de l’île. On peut y observer un incroyable coucher de soleil qui donne l’impression que les maisons blanches et bleues, bien typiques de la Grèce, vont chaque soir s’embraser. Le centre est beaucoup moins prisé qu’Oía, ce qui est très appréciable. Les ruelles typiques des Cyclades apportent comme toujours leur touche de charme, et on ne se lasse pas de photographier chaque nouvel édifice se trouvant sur notre passage. Seul petit désagrément, l’odeur intempestive de crottin d’âne qui parfume l’ensemble du paysage 😮 .

Vue de Fira SantorinLes toits de Fira SantorinCoucher de soleil Fira Santorin

  • Randonnée Fíra à Oía : ce trajet à pied, nous l’avons réalisé en 2 heures. Si en période creuse elle est accessible à tous (à condition d’avoir des bonnes chaussures), en été elle est très difficile à cause de la chaleur. En effet, on ne trouve pas un seul brin d’ombre sur une grande portion de la randonnée.

Randonnée Fira Oia Randonnée Fira Oia

  • Journée bateau : pour 26€ par personne, nous sommes partis pour une excursion de 6 heures avec la compagnie Caledera’s Boat. La journée a commencé à 10H30 par un premier arrêt sur l’île volcanique Néa Kaméni, dont l’entrée coûte 2,50€. On nous fait découvrir ensuite les sources d’eaux chaudes, avant de faire une pause déjeuner sur l’îlot de Thirassia où il est possible de se baigner. Enfin le bateau peut déposer les vacanciers qui le souhaitent à Oía ou à Fíra. Je dirais que cette sortie n’est pas indispensable, cela dit on a beaucoup apprécié le fait d’être en mer. Attention tout de même, il se pourrait que les points d’intérêt soient bondés durant la haute saison.

ThirassiaHot Spring Néa KaméniThirassia

Où manger à Santorini ?

  • Chef’s Garden (Fíra): une adresse qui ne fait pas rêver par son cadre (le restaurant se trouve en bord de route), mais qui n’a rien à envier aux autres restaurants de l’île tant les plats servis étaient délicieux – 27€ à deux pour une entrée, deux plats et boissons.
  • 218 Degrees (Oía) : une terrasse dotée d’une vue à couper le souffle, à l’abri du tumulte. Les plats y étaient bons et copieux – 34€ à deux pour une entrée, deux plats et boissons.
  • Boulangerie Milopetra (Kartaderos) : on a adoré cette adresse pour les petits-déjeuners et les pique-niques. On y trouve des salades et des sandwichs hyper frais et qui sortent de l’ordinaire : de quoi soulager son estomac quand on a abusé des restaurants !
  • Pitogyros (Oía) : le plat de fast-food le plus emblématique de la Grèce. Pour 10€ à deux avec boissons incluses, pourquoi se priver ?
  • Lioyerma Lounge Cafe Pool Bar (Oía) : de passage à Oía pour la journée, j’ai beaucoup aimé cet endroit afin de piquer une tête. L’endroit est un peu rustique mais la vue de l’autre côté de l’île très reposante. Pour profiter de la piscine, il suffit seulement de consommer au moins une boisson (cocktails ou soda).

Restaurant Fira Santorin

Se déplacer à Santorin

À l’approche de l’île, c’est Oía qu’on découvre en premier lieu, avant de rejoindre le port qui se trouve juste après Fíra. La marée humaine à la descente du ferry s’éparpille en quelques minutes pour rejoindre vans, taxis et bus locaux déjà sur le qui-vive. Pour ma part, c’est cette dernière option que je choisis. Pour 1,80€, nous rejoignons via un chemin aussi sinueux que vertigineux, le petit village de Kartaderos.

Vue de Fira

Où dormir à Santorini ?

Nous avons loger durant 3 nuits à la Villa Manos, situé aux abords de Kartaderos. Ce charmant hôtel où l’on trouve tout le confort nécessaire (y compris une rafraîchissante piscine), offre une prestation au rapport qualité qui me semble imbattable : 70€ par nuit (tarif bien en deçà de ceux affichés dans les deux principaux villages).

Situé à moins de 5 minutes en bus de Fíra ou une vingtaine de minutes à pied (attention, balade sportive 😉 ), nous avons beaucoup aimé cet endroit et n’avons pas eu la sensation de passer à côté de l’expérience “grand luxe” de Santorin. Chaque chambre est dotée de la climatisation et d’un espace kitchenette avec frigidaire.

Se déplacer à Santorin

Comme à Paros, il est très facile de louer un quad, un scooter, ou une voiture. Concernant les prix, ils sont en moyenne un peu plus élevés. En ce qui concerne les transports en commun, l’île est très bien desservie par les bus que j’ai trouvé d’ailleurs très modernes. Il arrive cependant qu’ils soient bondés aux heures de pointe, ce qui peut entraîner le fait que tu doives voyager debout calé entre deux sièges sur plusieurs kilomètres.

Comment retourner à Athènes ?

S’il est tout à fait possible de reprendre le ferry durant environ sept heures pour retourner sur la capitale, de mon côté j’ai préféré optimiser notre temps en prenant un vol de 50 minutes depuis le petit aéroport de l’île. On y trouve de nombreuses compagnies : Ryan Air, Small Planet, Blue Panoroma, Aegan, Meridiana, Olympic, Transavia, Sky Express et Volotea que nous avons empruntée. Néanmoins, je te recommande d’y aller en avance car l’aéroport est mal organisé et les stewards semblaient avoir reçu comme consigne de mesurer tous les bagages sans exception.

Mon avis sur Santorin

Les paysages qu’offrent Santorin sont tout à fait éblouissants et ors du commun. Ils valent sans l’ombre d’un doute le détour. Toutefois, à en écouter les Grecs, il semblerait que l’île soit victime de son succès : prix en constante hausse, ruelles bondées, boutiques luxueuses et hôtels 5 étoiles qui ne cessent de fleurir, on n’en oublierait presque le charme de la Grèce tient aussi à son authenticité. C’est donc un bilan en demi-teinte que je ferai : oui fonce découvrir Santorin ne serait-ce que pour que quelques jours car c’est une île somptueuse, mais rends toi y durant la basse saison pour en apprécier véritablement sa beauté.

Marrakech : City Guide

Maroc Marrakech

Marrakech : City Guide

En Juin dernier, nous nous sommes envolés pour une nouvelle destination, un nouveau pays, et même un nouveau continent. C’est en Afrique du Nord – au Maroc – et plus précisément à Marrakech (en arabe : مراكش), que nous nous sommes évadés le temps d’un week-end prolongé. À notre descente de l’avion, la chaleur (humaine et météorologique), l’ambiance, les couleurs, tout laissait présager que ce serait un merveilleux voyage : et ce fût le cas ! Dans ce city guide, comme à mon habitude, je reviendrai sur nos bonnes adresses, nos bons plans et nos découvertes dans la Ville Rouge.

Les-toits-de-Marrakech

Quoi visiter à Marrakech ?

Marrakech est divisée en deux parties : la Médina (la vieille ville) et la ville nouvelle (moderne, que les locaux qualifient souvent d’européenne). L’essentiel des visites que nous avons faites ont eu lieu dans la partie historique de Marrakech, excepté le magnifique Jardin Majorelle rendu célèbre par l’iconique Yves Saint Laurent.

  • La place Jemaa el-Fna : située au sud-ouest de la Médina, cette place publique fût le point de départ de bon nombre de nos excursions. Très animée de jour comme de nuit, elle deviendra forcément ton point de repère lorsque tu t’aventureras dans les souks.

Place Jemaa el Fna

  • Les souks : répartis sur au moins vingt hectares de la vielle ville, les souks sont un passage incontournable de la culture arabe (eh oui, ils n’existent pas uniquement au Maroc). On y déniche des souvenirs uniques que l’on aura marchandés, on y découvre plusieurs pans de la culture nord-africaine (les merveilleux tapis berbères, les épices les plus exotiques, la vaisselle la plus colorée), on s’y perd à souhait… Dans ce dédale de ruelles, il est parfois compliqué – pour ne pas dire impossible – de s’y retrouver. À ce sujet, de nombreux jeunes vous proposeront avec insistance leur aide : à noter qu’ils attendront systématiquement une pièce en retour.

Souks-de-Marrakech

  • Le palais Bahia (entrée : 10 dirhams) : situé dans le quartier de Mellah, j’ai été totalement éblouie par ce monument. Savant mélange de mosaïques, bois, marbre, plantes verdoyantes, fontaines, patios, ou encore pièces cachées : ce lieu appelle tout autant à la découverte qu’à la sérénité.

Palais-Bahia

  • Le jardin Majorelle (entrée 70 dirhams, + 30 dirhams pour visiter le musée berbère) : acheté par Yves Saint Laurent et Pierre Bergé en 1980, ce coin de verdure exceptionnel et si photogénique est à ne pas manquer. On s’y sent bien : c’est comme si le temps s’était arrêté dans ces allées ombragées.

Jardin-Majorelle-2Jardin-Majorelle

  • Les tombeaux Saadiens (entrée : 10 dirhams) : caché dans une micro-rue et découvert seulement au début du 20ème siècle, cet édifice est un fait un mausolée de style hispano-mauresque, abritant les tombes du sultan Ahmed al-Mansur Saadi et celles de ces successeurs. La visite dure en moyenne 30 minutes et vaut vraiment le détour.

Tombeaux-SaadiensTombeaux-Saadaiens-Intérieur

  • La vallée de l’Ourika : pour notre dernière journée, nous avons décidé de partir en excursion sur les conseils d’un ami. Coup de chance : notre riad proposait cette prestation pour 25€ par adulte ! Après environ 1 heure de route et quelques arrêts – pour notamment voir des chameaux et découvrir une fabrique d’huile d’argan et de cosmétiques – nous atteignons un pittoresque village berbère. De là, nous sommes guidés vers un sentier sinueux pour rejoindre une cascade naturelle et avoir une vue dégagée sur la vallée située au pied de l’Atlas. Le décor dénote totalement de ce que nous avions vu à Marrakech : quel bonheur de se sentir dépaysé  😉

Vallée-de-l'OurikaVallée-de-l'Ourika-2Vallée-de-l'Ourika-3

Où manger à Marrakech ?

Il y a tant de générosité, de saveurs, et de finesse dans la cuisine marocaine, que ce fût un véritable régal d’alterner entre tajine, coucous, ou encore pastillas à tous les repas.

  • La Terrasse des Épices (25€ par personne – à réserver) : un rooftop donnant sur les toits de la Médina, en plein cœur du souk, et qui propose à la fois une carte européenne et une carte marocaine. J’avais craqué pour une pastilla au poulet en entrée, suivie d’un tajine de bœuf aux figues. Bien que j’ai trouvé la viande un petit peu sèche, j’ai complètement adoré le lieu qui promet de longs dîners romantiques, à la lueur d’une chandelle. Sidi Abdel Aziz، 15 souk cherifia, 40000 Marrakech.
  • La Table de Marrakech (12€ par personne) : situé juste en face du Palais Bahia, cet établissement propose le meilleur rapport qualité/prix de notre séjour. Foncez sur les briouates au chèvre : probablement mon meilleur souvenir culinaire ! 178, Hay Essalame, Mellah 40040 Marrakech.

Table-de-Marrakech

  • Le Nomad (25€ par personne – à réserver) : si l’endroit en lui-même vaut le détour tant le coucher du soleil y est absolument incroyable, ce restaurant propose par ailleurs une cuisine locale raffinée et revisitée. J’avais cette fois-ci choisi une salade de lentilles aux betteraves rôties et fromage de chèvre, ainsi qu’une pastilla végétarienne aux légumes du marché, suivie d’un clafoutis aux pommes et betterave avec glace de caroube et coulis de fruits rouges. Il faut dire que je me suis lâchée, c’était notre dernière soirée sur place. L’ensemble était savoureux, bien que peu copieux en cas de grosse faim. Autre fausse note, plusieurs mets manquaient à la carte. Pour le reste, je conseille néanmoins cet établissement les yeux fermés. 1 Derb Aarjane, Rahba Lakdima 40000 Marrakech.

NomadNomad-2Les-toits-de-Marrakech-2

  • Le Comptoir Darna (30€ par personne – à réserver) : pour célébrer un événement particulier, j’avais réservé cette adresse puisqu’elle proposait un spectacle alliant danse du ventre, musique traditionnelle orientale, et pyrotechnie tout au long du repas. Hyper branchée car située à proximité des plus beaux hôtels et du casino de la nouvelle ville, nous avons passé une soirée très fun et animée. Pour la seule et unique fois du voyage, je me suis laissée tenter par un très gourmand couscous sucré/salé au poulet Tfaya, précédé d’un assortiment de briouates aux 3 parfums.  Avenue Echouhada, 40000 Marrakesh.

À noter qu’il est courant que les riads proposent des formules déjeuner ou dîner. Le nôtre par exemple, nous a proposé de nous servir à déjeuner (15€ : entrée, plat, dessert) le jour de notre arrivée en attendant de récupérer notre chambre : c’était absolument à tomber !

Où boire un verre à Marrakech ?

  • La Mamounia : ce palace est l’endroit idéal si tu as envie de prendre un verre dans un lieu d’exception. Bien que les prix soient exorbitants (150 dirhams pour un virgin cocktail), nous n’avons aucun regret puisque nous célébrions une occasion particulière : il fallait donc mettre les petits plats dans les grands ! Avenue Bab Jdid، Marrakesh 40040

La-Mamounia-2La-Mamounia

  • La Café de France : autre quartier, autre ambiance. Cet établissement localisé sur la place Jemaa el-Fna jouit de deux terrasses offrant une vue imprenable sur Marrakech. Côté prix, c’est hyper abordable : c’est donc l’endroit idéal pour faire une pause entre deux sessions shopping au cœur des souks. Place Jemaa El Fna, Marrakech 2034

Place-Jemaa-el-Fna

  • Le Bougainviller : tombés par hasard sur cette adresse dont on avait pourtant entendu du bien, nous avons apprécié le décor et le calme qu’offrait ce très fleuri bar-restaurant localisé en plein cœur de la Médina. Rue Sidi El Yamani, Marrakech

Bougainvilliers

Où dormir à Marrakech ?

En faisant mes recherches sur Airbnb, je suis tombée sur le Riad Hadda (à 15 minutes à pied de la place Jemaa el-Fna). Réservé directement sur leur site pour 39€ la nuit avec petit-déjeuner (très, très copieux) inclus, nous sommes tombés en amour de ce lieu. Pour le définir en quelques mots : un véritable havre de paix. Pourtant situé au cœur de la Médina, pas un bruit n’ose perturber le calme et la volupté de cet hôtel chaleureux, tenu par le bienveillant Mehdi.

Riad-Hadda-2Riad-Hadda

se déplacer à Marrakech ?

Pour une fois, nous n’avons pas été super aventureux avec François. Nous nous sommes contentés de marcher (énormément) – mais il faut dire que c’est le meilleur moyen de s’imprégner d’un endroit – et de prendre le taxi. À titre d’exemple, cela nous coûtait environ 50 dirhams (en négociant) pour un trajet d’un quart d’heure (bien que j’imagine qu’il est toujours possible de mieux marchander).

Barcelone Espagne

Barcelone en vidéo

Voilà environ un mois que nous sommes revenus de notre court séjour à Barcelone. Aujourd’hui emmitouflée sous la couette, à regarder de grosses gouttes tomber sur Londres, je me remémore la douceur de la Catalogne. Je repense à la bonne humeur des locaux, aux délicieux tapas que l’on a dévoré en terrasse, aux mosaïques colorées qui font le richesse et la beauté du Parc Guëll… Un mois après, la magie continue d’opérer !

Depuis, d’autres petits voyages ont eu lieu : il y a d’abord eu Brighton, puis une journée à Cambridge. Bientôt viendra Marrakech ! En attendant, je me remémore l’Espagne : ses surprises, ses joies, l’émerveillement, son côté réconfortant, son calme (comparé à Londres et Paris), et je me fais la promesse qu’un jour on y retournera (pourquoi pas pour y habiter)  😉

Barcelone : City Guide

Barcelone Espagne

Barcelone : City Guide

Quoi de mieux que de célébrer l’arrivée du printemps en Espagne ? Méditerranéenne moi aussi, il était évident que j’avais très envie de découvrir Barcelone. Je dois le dire cette virée de 4 jours en Catalogne fut une réussite, puisque je me suis dit qu’un jour, si je le peux, je viendrai y habiter. D’autre part, bien que je parle le castillan, je n’ai pas rencontré de problème particulier à communiquer avec les habitants que j’ai d’ailleurs trouvés hyper accueillants et bienveillants.

Que faire en 4 jours à Barcelone ?

Jour 1 : jeudi

Après un peu plus de deux heures d’avion depuis l’aéroport de Stansted à Londres, nous avons rapidement rejoint notre Airbnb, puis avons foncé en direction des hauteurs de Barcelone pour découvrir le Parc Güell qui se divise en deux parties.

Hauteurs de Barcelone

Hauteurs de Espagne Barcelone

Hauteurs de Espagne Barcelone

La partie gratuite du parc est véritablement sublime, avec ses chemins de verdure qui laissent aux visiteurs l’opportunité d’explorer les lieux comme ils l’entendent. Au fil de notre marche, on a pu découvrir d’impressionnants points de vue, mais aussi toute l’étendue de la ville. Concernant la partie payante (7€ pour les adultes) sûrement plus poétique, elle donne accès à la Sala Hipóstila, le célèbre banc ondulé de la Plaça de la Natura qui fait la part belle aux mosaïques et à la céramique, les viaducs, et d’autres créations (parfois bizarreries) architecturales.

Parc Guell Barcelone

Parc Guell Viaducs Barcelone

Banc Parc Guell

Par la suite, nous avons décidé de marcher en direction de l’Hospital de la Santa Creu i Saint Pau (inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO). J’ai été totalement ébahie par la beauté du bâtiment art nouveau, qui dénote clairement avec le décor environnant. Mais après tout, c’est à cela que l’on doit la magie de Barcelone  😉

Hospital de la Santa Creu i Saint Pau

Ce qui est idéal, c’est que de ce monument, on peut déjà apercevoir les contours de la Sagrada Familia, qui se trouve à seulement 10 minutes à pied. François souhaitait jauger ma réaction face à cet édifice encore en construction. En effet, j’ai passé de nombreuses minutes plantée devant cette basilique à me demander ce que Gaúdi avait bien voulu représenter. Pour sûr, la prochaine fois je prendrai le temps de la visiter. Nous avons, après cela, fait le tour du monument afin d’apercevoir l’autre façade (ci-dessous), plus moderne.

Sagrada Familia

De la basilique, nous avons rejoint en métro la Barceloneta, ayant décidé d’aller prendre un verre au sky bar du W Hôtel, connu sous le nom d’Eclipse. Après nous être non sans mal arrangés avec l’un des concierges pour qu’il garde nos sac à dos (interdits dans le bar), nous avons gravi en quelques secondes les 26 étages qui nous séparaient de l’établissement. De là, nous avons pu admirer le coucher du soleil sur la plage, tout en sirotant des cocktails fruités (12-14€). Ils étaient certes un peu hors de prix, toutefois, la vue était spectaculaire (je te montrerai ça en vidéo) !

La Barceloneta

Jour 2 : vendredi

Vendredi aura été un peu chaotique. Si le réveil s’est fait sans encombre, et que nous avons dégusté le plus beau des petits déjeuners de notre vie chez Brunch & Cake, la pluie s’est invitée le reste de la journée. À 11h, nous avons néanmoins retrouvé Andrés, de l’organisme Sandemans New Europe Tour découvert lors de notre séjour à Édimbourg, chargé de nous faire découvrir El Gotic. Une nouvelle fois, nous n’avons pas été déçus puisque nous avons pu profiter du savoir d’un guide passionné et passionnant. Ce fut l’occasion d’en apprendre davantage sur l’histoire de l’Espagne : d’Hercules en passant par Christophe Colomb, Franco et Gaúdi ; et de mieux comprendre la volonté d’indépendance de la Catalogne.

Rues de la Barceloneta

Brunch and cake

Pour le déjeuner, j’avais jeté mon dévolu sur les tapas du Bar Lobo, localisé dans une rue parallèle à La Rambla : ce fut un excellent choix, autant du point de vue gustatif (les meilleurs tapas du séjour), que du décor qui nous en a mis pleins les yeux. Après une brève session shopping, nous avons monté les 9 étages d’El Corte Inglés pour déguster une sangria, tout en admirant la vue panoramique sur Barcelone.

El Corte Ingles

Pour terminer la soirée, nous nous sommes rendus à la Boquería pour admirer les étals des marchands. En tant que grande fan des marchés, je regrette un petit peu de ne pas m’y être arrêtée pour manger !

Marché La Boqueria

Marché La Boqueria Jambon

JOUR 3 : samedi

Samedi, le beau temps a refait son apparition dans la capitale catalane. Nous avons entamé la journée par une visite de la Catedral Basílica Metropolitana de Santa Creu i Santa Eulàlia (Cathédrale Sainte-Croix de Barcelone) dont je te recommande vivement de ne pas manquer le cloître.

Cathédrale Sainte-Croix de Barcelone

Puis, nous nous sommes rendus chez Trópico (un autre café instagram friendly), en passant sous le fameux pont néo-gothique Carrer del Bisbe.

Carrer del Bisbe

Barcelone bâtiment

Deux œufs Bénédicte et trois pancakes plus tard, nous prenions le funiculaire pour Montjuïc. Pour la petite histoire, il s’agit d’un lieu qui servait de sépulture à la communauté juive, qui avait pour interdiction d’enterrer ses morts dans la ville. On retrouve aussi à Montjuïc le parc olympique de 1992, dont il semblerait que 90% des installations soient toujours en activité. La balade sur la corniche nous offre des panoramas impressionnants sur Barcelone, dont on peut difficilement se lasser.

Vue de Montjuïc

Montjuïc panorama

Une vingtaine de minutes après avoir quitté la station, nous arrivons aux Jardines de Mossèn Costa i Llobera, dont le décor rappelle le désert américain. Si l’on y a croisé très peu de touristes, on a en revanche pu voir qu’il servait d’arrière-plan pour plusieurs shootings photos (du coup, nous aussi on se l’est joué “stars” 😉 ).

Jardines de Mossèn Costa i Llobera

Jardines de Mossèn Costa i Llobera

Après cette brève excursion, nous avons rebroussé chemin afin d’avancer en direction du Museu Nacional d’Art de Catalunya et de la Plaça Espanya.

Museu Nacional d'Art de Catalunya

Museu Nacional d'Art de Catalunya

Plaça Espanya

Plaça Espanya

En début d’après-midi, nous avons repris le métro pour aller en direction du quartier d’El Born. Nous nous sommes attablés à Morelia pour reprendre des forces, un restaurant argentin qui sert de succulents empañadas. C’est qu’ensuite nous avions prévu de nous rendre à l’outlet de Mango (disponible aussi en ligne), afin de faire quelques emplettes. Mais tout d’abord, nous avons découvert l’Arc de Triomf, ainsi que le parc de la Ciutadella.

Arc de Triomf

Arc de Triomf

Parc de la Ciutadella

La nuit tombée, pour célébrer notre dernière soirée dans la ville, nous avons filé sur les abords de la Barceloneta pour dîner au FOC (un restaurant à l’ambiance beach club), réputé pour ses saveurs latines !

JOUR 4 : dimanche

Dimanche, c’est notre dernier jour à Barcelone. Après un bon petit déjeuner, nous sommes allés à la découverte des façades imaginées par Gaudí, dans le Quadrat d’or : la Casa Batlló, la Perdreda, et la Casa Mila.

Casa Batllo

Casa Batllo

La Pedrera

J’avais aussi repéré un autre endroit à visiter dans le coin : la Parròquia de la Puríssima Concepció dans l’Exiample, un endroit atypique dont on ne soupçonnerait pas l’existence. Ce détour nous a conduit ensuite au quartier de Gracia où l’on s’est senti si bien, que l’on s’est dit qu’on y habiterait si un jour l’opportunité de vivre en Catalogne se présentait.

Parròquia de la Puríssima Concepció

Où dormir à Barcelone ?

Comme d’habitude, j’avais réservé un Airbnb. Cette fois-ci j’avais choisi El Gotic pour sa localisation idéale. Niché à proximité de la Barceloneta, ce logement nous a permis de faire de nombreuses économies sur le transport. Très animé de nuit comme de jour, il peut s’avérer parfois bruyant. Quant à l’appartement en lui-même, il était assez ancien et peu lumineux, mais très grand et fonctionnel.

Les transports à Barcelone

Nous avons dépensé moins de 20€ à deux en titres de transport : avec 2 cartes T10 (9,95€ l’unité). Le ticket T10 permet de faire 10 trajets en zone 1, c’est-à-dire là où se trouvent les principaux lieux touristiques. Ce billet est très avantageux, puisqu’un trajet simple vaut la modique somme de 2,15€. De plus, il peut être partagé par plusieurs membres d’un groupe !

J’espère que ce guide touristique de Barcelone t’aura plu. Je pense compléter cette rubrique avec une vidéo et un article bonnes adresses ! À très vite  😛

Melacca

Malaisie Melacca

Melacca

Pour entamer la semaine en douceur, j’avais envie de partager des clichés de la pittoresque ville de Melacca (ou Melaka) en Malaisie. Ce n’est pas la première fois que je te parle de cet endroit, puisque j’avais réalisé un vlog lors de mon séjour. Je trouve que c’est une destination parfaite pour s’évader le temps d’un week-end, que l’on vive à Kuala Lumpur (2 heures de route) ou à Singapour (4 heures) ! Cela dit, si tu fais un road-trip en Asie du Sud-Est, ça marche tout aussi bien. Pour ma part, je m’y étais rendue à l’occasion du Nouvel An Chinois (placé sous le signe de la chèvre) et j’en garde un excellent souvenir !

Melaka, Majestic Hotel
Melaka, A famosa fortMelacca temple chinois

Melacca jouit d’un incroyable métissage dont on peut admirer l’héritage de toutes parts dans la ville (l’hypercentre est, d’ailleurs, classé au patrimoine de l’UNESCO). Parmi les principales cultures qui ont influencé ce port : la Chine, le Moyen-Orient, l’Inde, le Portugal, les Pays-Bas et l’Angleterre. À ce propos, quand on longe la rivière, les fresques murales nous rappelleraient presque le quartier de Brick Lane : la touche asiatique en plus !

Melacca Street ArtMelaka rivièreMelacca Street Art

Ce multiculturalisme ambiant s’explique par le fait que Melacca ait été un carrefour maritime important il y a plusieurs siècles, grâce à sa localisation entre l’Inde et la Chine. Si les Portugais ont été les premiers à prendre le contrôle de ce port, ils ont ensuite été évincés par les Néerlandais et les Britanniques. Ce n’est finalement qu’en 1957, que Melacca est définitivement redevenue malaisienne.

Melaka rivière
Melacca Street ArtMelaka rivière

Ce passif colonial a profondément marqué Melacca, et cela se ressent aussi bien dans la culture, la cuisine (on trouve de nombreux plats dits “fusion”, c’est-à-dire qu’ils mélangent des saveurs de pays différents), que dans l’architecture ! Toutes mes bonnes adresses et les visites que je conseille de faire sur place sont répertoriées dans cet article.

Melaka MalaisieMelacca nourriture malaisienneMelacca temple chinoisJ’ai trouvé chaque instant passé à Melacca poétique : il faut dire que ce lieu aux airs de village ne manque absolument pas de charme ! Lorsqu’en plus la luminosité change en fin d’après-midi, on se satisferait de simplement s’installer au bord de l’eau et de regarder les gens passer. Le quotidien m’a paru si paisible là-bas, et les soucis du quotidien si futiles, que je troquerais bien mon manteau et mes bottes contre un short et un débardeur tout de suite  😉

Melacca, MalaisieMelaka, Bukit St Paul

Autre endroit qui m’a particulièrement impressionné durant cette escapade : la Masjit Selat, construite sur pilotis. Quand on emprunte la route rejoignant la mer, l’esthétique de ce lieu de culte donne véritablement l’impression d’être au milieu d’un conte des milles et une nuit. Si l’intérieur demeure assez classique, les volumes extérieurs sont à couper le souffle !

Melacca, mosquéeMelaka rivièreJ’espère sincèrement que tu apprécieras ces photos de Melacca ! Pour ma part, je te donne rendez-vous rapidement pour un nouvel article sur Londres  😉

Crédit photo de couverture : Pixabay