Author: Sophany

Barcelone : City Guide

Barcelone Espagne

Barcelone : City Guide

Quoi de mieux que de célébrer l’arrivée du printemps en Espagne ? Méditerranéenne moi aussi, il était évident que j’avais très envie de découvrir Barcelone. Je dois le dire cette virée de 4 jours en Catalogne fut une réussite, puisque je me suis dit qu’un jour, si je le peux, je viendrai y habiter. D’autre part, bien que je parle le castillan, je n’ai pas rencontré de problème particulier à communiquer avec les habitants que j’ai d’ailleurs trouvés hyper accueillants et bienveillants.

Que faire en 4 jours à Barcelone ?

Jour 1 : jeudi

Après un peu plus de deux heures d’avion depuis l’aéroport de Stansted à Londres, nous avons rapidement rejoint notre Airbnb, puis avons foncé en direction des hauteurs de Barcelone pour découvrir le Parc Güell qui se divise en deux parties.

Hauteurs de Barcelone

Hauteurs de Espagne Barcelone

Hauteurs de Espagne Barcelone

La partie gratuite du parc est véritablement sublime, avec ses chemins de verdure qui laissent aux visiteurs l’opportunité d’explorer les lieux comme ils l’entendent. Au fil de notre marche, on a pu découvrir d’impressionnants points de vue, mais aussi toute l’étendue de la ville. Concernant la partie payante (7€ pour les adultes) sûrement plus poétique, elle donne accès à la Sala Hipóstila, le célèbre banc ondulé de la Plaça de la Natura qui fait la part belle aux mosaïques et à la céramique, les viaducs, et d’autres créations (parfois bizarreries) architecturales.

Parc Guell Barcelone

Parc Guell Viaducs Barcelone

Banc Parc Guell

Par la suite, nous avons décidé de marcher en direction de l’Hospital de la Santa Creu i Saint Pau (inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO). J’ai été totalement ébahie par la beauté du bâtiment art nouveau, qui dénote clairement avec le décor environnant. Mais après tout, c’est à cela que l’on doit la magie de Barcelone  😉

Hospital de la Santa Creu i Saint Pau

Ce qui est idéal, c’est que de ce monument, on peut déjà apercevoir les contours de la Sagrada Familia, qui se trouve à seulement 10 minutes à pied. François souhaitait jauger ma réaction face à cet édifice encore en construction. En effet, j’ai passé de nombreuses minutes plantée devant cette basilique à me demander ce que Gaúdi avait bien voulu représenter. Pour sûr, la prochaine fois je prendrai le temps de la visiter. Nous avons, après cela, fait le tour du monument afin d’apercevoir l’autre façade (ci-dessous), plus moderne.

Sagrada Familia

De la basilique, nous avons rejoint en métro la Barceloneta, ayant décidé d’aller prendre un verre au sky bar du W Hôtel, connu sous le nom d’Eclipse. Après nous être non sans mal arrangés avec l’un des concierges pour qu’il garde nos sac à dos (interdits dans le bar), nous avons gravi en quelques secondes les 26 étages qui nous séparaient de l’établissement. De là, nous avons pu admirer le coucher du soleil sur la plage, tout en sirotant des cocktails fruités (12-14€). Ils étaient certes un peu hors de prix, toutefois, la vue était spectaculaire (je te montrerai ça en vidéo) !

La Barceloneta

Jour 2 : vendredi

Vendredi aura été un peu chaotique. Si le réveil s’est fait sans encombre, et que nous avons dégusté le plus beau des petits déjeuners de notre vie chez Brunch & Cake, la pluie s’est invitée le reste de la journée. À 11h, nous avons néanmoins retrouvé Andrés, de l’organisme Sandemans New Europe Tour découvert lors de notre séjour à Édimbourg, chargé de nous faire découvrir El Gotic. Une nouvelle fois, nous n’avons pas été déçus puisque nous avons pu profiter du savoir d’un guide passionné et passionnant. Ce fut l’occasion d’en apprendre davantage sur l’histoire de l’Espagne : d’Hercules en passant par Christophe Colomb, Franco et Gaúdi ; et de mieux comprendre la volonté d’indépendance de la Catalogne.

Rues de la Barceloneta

Brunch and cake

Pour le déjeuner, j’avais jeté mon dévolu sur les tapas du Bar Lobo, localisé dans une rue parallèle à La Rambla : ce fut un excellent choix, autant du point de vue gustatif (les meilleurs tapas du séjour), que du décor qui nous en a mis pleins les yeux. Après une brève session shopping, nous avons monté les 9 étages d’El Corte Inglés pour déguster une sangria, tout en admirant la vue panoramique sur Barcelone.

El Corte Ingles

Pour terminer la soirée, nous nous sommes rendus à la Boquería pour admirer les étals des marchands. En tant que grande fan des marchés, je regrette un petit peu de ne pas m’y être arrêtée pour manger !

Marché La Boqueria

Marché La Boqueria Jambon

JOUR 3 : samedi

Samedi, le beau temps a refait son apparition dans la capitale catalane. Nous avons entamé la journée par une visite de la Catedral Basílica Metropolitana de Santa Creu i Santa Eulàlia (Cathédrale Sainte-Croix de Barcelone) dont je te recommande vivement de ne pas manquer le cloître.

Cathédrale Sainte-Croix de Barcelone

Puis, nous nous sommes rendus chez Trópico (un autre café instagram friendly), en passant sous le fameux pont néo-gothique Carrer del Bisbe.

Carrer del Bisbe

Barcelone bâtiment

Deux œufs Bénédicte et trois pancakes plus tard, nous prenions le funiculaire pour Montjuïc. Pour la petite histoire, il s’agit d’un lieu qui servait de sépulture à la communauté juive, qui avait pour interdiction d’enterrer ses morts dans la ville. On retrouve aussi à Montjuïc le parc olympique de 1992, dont il semblerait que 90% des installations soient toujours en activité. La balade sur la corniche nous offre des panoramas impressionnants sur Barcelone, dont on peut difficilement se lasser.

Vue de Montjuïc

Montjuïc panorama

Une vingtaine de minutes après avoir quitté la station, nous arrivons aux Jardines de Mossèn Costa i Llobera, dont le décor rappelle le désert américain. Si l’on y a croisé très peu de touristes, on a en revanche pu voir qu’il servait d’arrière-plan pour plusieurs shootings photos (du coup, nous aussi on se l’est joué “stars” 😉 ).

Jardines de Mossèn Costa i Llobera

Jardines de Mossèn Costa i Llobera

Après cette brève excursion, nous avons rebroussé chemin afin d’avancer en direction du Museu Nacional d’Art de Catalunya et de la Plaça Espanya.

Museu Nacional d'Art de Catalunya

Museu Nacional d'Art de Catalunya

Plaça Espanya

Plaça Espanya

En début d’après-midi, nous avons repris le métro pour aller en direction du quartier d’El Born. Nous nous sommes attablés à Morelia pour reprendre des forces, un restaurant argentin qui sert de succulents empañadas. C’est qu’ensuite nous avions prévu de nous rendre à l’outlet de Mango (disponible aussi en ligne), afin de faire quelques emplettes. Mais tout d’abord, nous avons découvert l’Arc de Triomf, ainsi que le parc de la Ciutadella.

Arc de Triomf

Arc de Triomf

Parc de la Ciutadella

La nuit tombée, pour célébrer notre dernière soirée dans la ville, nous avons filé sur les abords de la Barceloneta pour dîner au FOC (un restaurant à l’ambiance beach club), réputé pour ses saveurs latines !

JOUR 4 : dimanche

Dimanche, c’est notre dernier jour à Barcelone. Après un bon petit déjeuner, nous sommes allés à la découverte des façades imaginées par Gaudí, dans le Quadrat d’or : la Casa Batlló, la Perdreda, et la Casa Mila.

Casa Batllo

Casa Batllo

La Pedrera

J’avais aussi repéré un autre endroit à visiter dans le coin : la Parròquia de la Puríssima Concepció dans l’Exiample, un endroit atypique dont on ne soupçonnerait pas l’existence. Ce détour nous a conduit ensuite au quartier de Gracia où l’on s’est senti si bien, que l’on s’est dit qu’on y habiterait si un jour l’opportunité de vivre en Catalogne se présentait.

Parròquia de la Puríssima Concepció

Où dormir à Barcelone ?

Comme d’habitude, j’avais réservé un Airbnb. Cette fois-ci j’avais choisi El Gotic pour sa localisation idéale. Niché à proximité de la Barceloneta, ce logement nous a permis de faire de nombreuses économies sur le transport. Très animé de nuit comme de jour, il peut s’avérer parfois bruyant. Quant à l’appartement en lui-même, il était assez ancien et peu lumineux, mais très grand et fonctionnel.

Les transports à Barcelone

Nous avons dépensé moins de 20€ à deux en titres de transport : avec 2 cartes T10 (9,95€ l’unité). Le ticket T10 permet de faire 10 trajets en zone 1, c’est-à-dire là où se trouvent les principaux lieux touristiques. Ce billet est très avantageux, puisqu’un trajet simple vaut la modique somme de 2,15€. De plus, il peut être partagé par plusieurs membres d’un groupe !

J’espère que ce guide touristique de Barcelone t’aura plu. Je pense compléter cette rubrique avec une vidéo et un article bonnes adresses ! À très vite  😛

Notting Hill

Londres Royaume Uni

Notting Hill

Ca y est : il semblerait que le printemps se soit véritablement installé à Londres. D’ailleurs, pour la première fois en 2017, mes collègues et moi, nous nous sommes installés sur les berges de la Tamise pour profiter du ciel bleu et du soleil éclatant (avec lunettes sur le bout du nez) : c’est un signe, non ? Ce week-end fut donc l’occasion d’aller se perdre dans les rues de Notting Hill, pour mettre un peu plus de couleurs dans notre quotidien.

Notting Hill, Londres

Chouchou des touristes du monde entier, le quartier de Notting Hill est l’un des spots les plus populaires de la capitale anglaise. Plébiscité pour son architecture victorienne, mis à l’honneur au cinéma en 1999, complètement délirant lors du carnaval caribéen d’Août, Notting Hill a de quoi attirer les foules tout au long de l’année. Qu’il pleuve ou qu’il vente, rien n’arrête les badauds venus prendre une photo devant la célèbre porte bleue (mais qui est à présent rouge, depuis qu’elle a été venue aux enchères) abritant la demeure de ce cher Hugh Grant, dans le film éponyme. Et pourtant, malgré ce portrait peu élogieux, je ne peux m’empêcher d’avouer que Notting Hill a quelque chose de différent, de magique même…

Portobello Road & Market

Centre névralgique de Notting Hill, Portobello Road est l’avenue sur laquelle on aime s’agglutiner. Que cela soit pour manger un burger (GBK, ci-dessous), s’attabler sur la terrasse d’un café, découvrir des boutiques tendance, écouter un saxophoniste reprendre du Justin Bieber, ou admirer l’Electric Cinema : Portobello Road est aussi éclectique que le reste du quartier.

Notting Hill, LondresGourmet burger kitchenPortobello market, LondresPortobello market, Londres

Le samedi, le marché apporte un nouvelle dimension à Portobello Road : en effet, des brocanteurs viennent y vendre des objets plus farfelus les uns que les autres. On y trouve alors de vieux appareils photos, du matériel de sport vintage, bref un véritable bric-à-brac qui fait le bonheur des férus d’antiquités venus marchander !

Portobello market, LondresPortobello market, LondresNotting Hill, LondresNotting Hill, Londres

Où se prendre en photo à Notting Hill ?

Ensuite, il y a évidemment ces façades tantôt pastel, tantôt vives, qui nous font tous évidemment craquer ! Et la question que l’on s’est tous déjà posée : mais se sont-ils passés le mot pour décider ensemble, de la colorimétrie qu’ils allaient donner à leurs rues ? Parmi Calcott Street, Hillgate Place, Colville Terrace, Westbourne Grove, ou encore Lancaster Road, je suis persuadée que tu trouveras forcément un endroit qui matchera parfaitement ton feed Instragram  😉

Notting Hill, LondresNotting Hill, LondresNotting Hill, LondresNotting Hill, Londres

Saint Lukes Mews          

Et puis il y a justement Saint Lukes Mews : cette cour / ruelle que j’ai vu des centaines de fois sur Instagram, mais pour la première fois en vrai, lors de ma visite du week-end dernier ! J’ai d’ailleurs été surprise de constater qu’elle était déserte à notre arrivée : de quoi improviser un mini-photoshoot.

St Lukes Mews, LondresSt Lukes Mews, Londres

Prochainement de passage à Londres, voici comment te rendre à Notting Hill : il te suffit d’y aller en métro, puis de descendre à l’une des stations suivantes, Notting Hill Gate (Central, Distric ou Circle lines), Holland Park (Central Line), ou Ladbrove Grove (Hammersmith & City ou Circle Lines). En bonus, voici quelques adresses à tester, si tu te trouves dans les parages :

Melacca

Malaisie Melacca

Melacca

Pour entamer la semaine en douceur, j’avais envie de partager des clichés de la pittoresque ville de Melacca (ou Melaka) en Malaisie. Ce n’est pas la première fois que je te parle de cet endroit, puisque j’avais réalisé un vlog lors de mon séjour. Je trouve que c’est une destination parfaite pour s’évader le temps d’un week-end, que l’on vive à Kuala Lumpur (2 heures de route) ou à Singapour (4 heures) ! Cela dit, si tu fais un road-trip en Asie du Sud-Est, ça marche tout aussi bien. Pour ma part, je m’y étais rendue à l’occasion du Nouvel An Chinois (placé sous le signe de la chèvre) et j’en garde un excellent souvenir !

Melaka, Majestic Hotel
Melaka, A famosa fortMelacca temple chinois

Melacca jouit d’un incroyable métissage dont on peut admirer l’héritage de toutes parts dans la ville (l’hypercentre est, d’ailleurs, classé au patrimoine de l’UNESCO). Parmi les principales cultures qui ont influencé ce port : la Chine, le Moyen-Orient, l’Inde, le Portugal, les Pays-Bas et l’Angleterre. À ce propos, quand on longe la rivière, les fresques murales nous rappelleraient presque le quartier de Brick Lane : la touche asiatique en plus !

Melacca Street ArtMelaka rivièreMelacca Street Art

Ce multiculturalisme ambiant s’explique par le fait que Melacca ait été un carrefour maritime important il y a plusieurs siècles, grâce à sa localisation entre l’Inde et la Chine. Si les Portugais ont été les premiers à prendre le contrôle de ce port, ils ont ensuite été évincés par les Néerlandais et les Britanniques. Ce n’est finalement qu’en 1957, que Melacca est définitivement redevenue malaisienne.

Melaka rivière
Melacca Street ArtMelaka rivière

Ce passif colonial a profondément marqué Melacca, et cela se ressent aussi bien dans la culture, la cuisine (on trouve de nombreux plats dits “fusion”, c’est-à-dire qu’ils mélangent des saveurs de pays différents), que dans l’architecture ! Toutes mes bonnes adresses et les visites que je conseille de faire sur place sont répertoriées dans cet article.

Melaka MalaisieMelacca nourriture malaisienneMelacca temple chinoisJ’ai trouvé chaque instant passé à Melacca poétique : il faut dire que ce lieu aux airs de village ne manque absolument pas de charme ! Lorsqu’en plus la luminosité change en fin d’après-midi, on se satisferait de simplement s’installer au bord de l’eau et de regarder les gens passer. Le quotidien m’a paru si paisible là-bas, et les soucis du quotidien si futiles, que je troquerais bien mon manteau et mes bottes contre un short et un débardeur tout de suite  😉

Melacca, MalaisieMelaka, Bukit St Paul

Autre endroit qui m’a particulièrement impressionné durant cette escapade : la Masjit Selat, construite sur pilotis. Quand on emprunte la route rejoignant la mer, l’esthétique de ce lieu de culte donne véritablement l’impression d’être au milieu d’un conte des milles et une nuit. Si l’intérieur demeure assez classique, les volumes extérieurs sont à couper le souffle !

Melacca, mosquéeMelaka rivièreJ’espère sincèrement que tu apprécieras ces photos de Melacca ! Pour ma part, je te donne rendez-vous rapidement pour un nouvel article sur Londres  😉

Crédit photo de couverture : Pixabay

Brick Lane

Londres Royaume Uni

Brick Lane

Le dimanche – parce que je suis  rentrée tard la veille, mais aussi bien souvent par manque de motivation à me cuisiner quoi que ce soit – j’aime me rendre à vélo à Brick Lane, pour me restaurer ou alors me balader. Cette longue rue située dans l’Est de Londres, et plus précisément dans le district de Tower Hamlets, abrite diverses attractions.

Brick LaneBrick Lane Street Art

Ainsi tous les dimanches, il est possible de se rendre dans les friperies loufoques du quartier, de manger coréen / éthiopien / argentin / indien (et plus encore…) sur le marché (entre 9H à 17H) ou dans les restaurants aux alentours, d’aller chiner des objets insolites, de s’émerveiller devant les artistes de rues, d’acheter des pièces uniques (vêtements, bijoux, pièces d’art), ou bien seulement d’admirer les œuvres de street art !

Brick LaneBrick Lane

Bruncher à Brick Lane

Chez ELLes : une adresse française

Quand la météo s’y prête, je recommande plutôt de prendre un take away sur le marché et d’ensuite se balader ; néanmoins quand la pluie s’invite, il est franchement plus agréable de s’attabler dans un restaurant. C’est ce que nous avons décidé de faire dimanche dernier, en nous rendant Chez Elles : un bistroquet français qui a élu domicile dans Brick Lane. À la simple vue du menu, il nous a été difficile de résister à l’appel de leurs brunchs : un “nordique” (£14) pour moi, et “à l’anglaise” (£13,50) pour François.

Chez Elles Brick LaneBrunch Chez Elles Brick LaneDans le brunch nordique, j’ai pu déguster des œufs brouillés accompagnés de saumon fumé, d’avocat, ainsi que deux tartines de tomates et de crevettes (un régal). Pour le brunch à l’anglaise, François a eu le droit à de la saucisse de Toulouse (de la vraie de vraie), des œufs au plat, du bacon, des pommes de terre revenues dans de la graisse de canard, et de la ratatouille (délicieuse). Si les assiettes peuvent paraître simples au premier abord, elle sont toutefois copieuses et excellemment bien préparées ! Cerise sur le gâteau, une gourmandise est incluse dans la formule. Nous avons opté pour une brioche perdue à se damner, et une verrine façon tarte citron meringuée.

Brunch Chez Elles Brick LaneBrunch Chez Elles Brick Lane

Outre le fait que j’ai trouvé ce brunch franchement réussi, j’ai totalement craqué devant l’attention portée à la décoration du lieu. Comme j’aurais aimé déjeuner sous cette jolie arche fleurie  🙂

Brunch Chez Elles Brick Lane

Le Quartier Brick Lane

Histoire et légendes

Situé à seulement quelques minutes à pied de Old Spitalfields Market, dont je t’avais parlé dans un précédent billet, Brick Lane était autrefois un quartier considéré comme populaire. Son impopularité était sûrement due au fait que ce lieu fut le théâtre de terribles crimes perpétrés par Jack l’Éventreur. Aujourd’hui plus cossu, ce ne sont plus ces atroces meurtres qui font la réputation de Brick Lane, mais sa convivialité. Autant vivant de jour comme de nuit, il fait le bonheur des Londoniens et des touristes de passage  😉

Brick Lane Street ArtBrick Lane Street ArtBrick Lane Street Art

Le street-art à Brick Lane

On le sait, Londres regorge de marchés (Camden, Portobello Road, Broadway, Borough, Maltby Street…) tous plus excentriques les uns que les autres : toutefois, chacun demeure unique en son genre ! Ce qui fait la spécificité de Brick Lane ce sont ses fresques géantes qui ornent les jolies briques du quartier. Il est même possible de faire des visites guidées gratuites (pourboires libres) pour en apprendre davantage sur les apprentis Banksy 😉

Brick Lane Street ArtBrick Lane Street ArtBrick Lane Street ArtBrick Lane Street ArtBrick Lane Street Art
Brick Lane Street ArtBrick Lane Street ArtBrick Lane Street ArtBrick Lane Street Art

J’espère que cette visite t’aura plu ! N’hésite pas à partager en commentaire tes bons plans dans le quartier. Quant à moi, je te donne rendez-vous prochainement pour de nouvelles idées de sorties dans la capitale anglaise  🙂

Afternoon Tea

Londres Royaume Uni

Afternoon Tea

Depuis que je me suis installée à Londres, on me demande régulièrement si j’ai des bonnes adresses d’Afternoon Tea à recommander ! S’il est vrai que ma consommation de thé a augmenté depuis mon emménagement chez les British, je ne suis toujours pas une sweet tooth (c’est-à-dire que je n’ai pas réellement d’appétence pour les sucreries). Néanmoins, je m’étais jurée d’y goûter au moins une fois, afin de marquer le coup. C’est donc ce qui s’est produit la semaine passée : profitant d’une offre sur Groupon, je suis allée passer l’après-midi au British Museum, situé dans le quartier de Tottenham Court Road.

Ciel londonien Quartier Soho LondresQuartier Soho Londres

Afternoon Tea

La tradition de l’Afternoon Tea

S’il y a bien une chose que j’ai notée chez mes collègues et amis anglais, c’est qu’ils se refusent rarement une petite gourmandise, voire un véritable goûter au milieu de l’après-midi. Bien plus qu’une mauvaise habitude, c’est un rituel social auquel ils s’adonnent en groupe, plusieurs fois par semaine. Dès qu’un petit creux se manifeste et que les premiers gargouillements se font entendre, ils foncent à la cafétéria pour s’acheter une bonne part de gâteau (généralement du brownie, du carrot cake, ou du banana bread) qu’ils dégustent avec une tasse de thé fumant.

Sur ce même principe (quoique plus élaboré), la tradition de l’Afternoon tea consiste à accompagner son thé à l’aide de mignardises, de petits toasts et sandwichs salés, ainsi que des scones ou de shortbread. Cette sorte de brunch de l’après-midi est devenue une tradition au cours de la Révolution Industrielle, tandis que l’emploi du temps des travailleurs évoluait.

British museum

L’Afternoon Tea au British Museum

Nous avons pris le thé au Great Court Restaurant, situé au troisième étage du musée. La décoration ainsi que la vaisselle étaient particulièrement jolies, et j’ai aussi apprécié le fait que la cuisine soit ouverte. S’il est tout à fait possible d’y déjeuner (de 11H30 à 15H) et d’y dîner (de 17H30 à 20H30), l’Afternoon Tea n’est servi qu’entre 15H et 17H30.

Concernant les mets qui nous ont été servis, nous avons tout d’abord goûté au salé : un bagel au saumon fumé écossais et concombre, un sandwich au bœuf avec radis et cresson, une tarte au brocoli, et un club sandwich aux œufs et à la mayonnaise. Côté sucré, il y avait des macarons (citron et café), un financier amande et pistache, un muffin au chocolat, et un petit gâteau à l’abricot et à la myrtille. Tout cela fut accompagné de deux coupes de prosecco ainsi que de deux tasses de thé. Si habituellement, le prix de ce repas est de £25,50 (ou £19 sans le prosecco) par personne, nous avons payé cette fois-ci £17 pour deux : une véritable affaire  😉

Afternoon tea British museumAfternoon tea British museumAfternoon tea British museum

Mon avis : j’ai trouvé que l’ensemble était plus que satisfaisant vis-à-vis de la quantité. Néanmoins, en matière de qualité, j’ai pensé que la plupart des bouchées présentées manquaient un peu de finesse. En effet, je pense que pour le prix annoncé (£25,50 par personne), les mets manquaient de légèreté. Toutefois, l’expérience en elle-même, la promotion dont nous avons profité, ainsi que le cadre ont fait qu’on a véritablement passé un moment  agréable attablés au Great Court Restaurant.

British museumBritish museum

Pour digérer, nous nous sommes ensuite promenés dans les rues adjacentes au musée, qui ne manquent vraiment pas de charme. Puis, nous sommes peu à peu remontés vers le quartier huppé de Soho. J’espère que cette visite t’aura plu ! Surtout, n’hésite pas à partager des adresses d’Afternoon Tea, si tu en as  😀

Ciel londonienMuseum streetStreet art SohoQuartier Soho Londres

Crédit photo de couverture : Unsplash

Singapour : city guide

Singapour Voyages

Singapour : city guide

J’ai publié de nombreux articles épars au sujet de Singapour, la Cité-Etat où j’ai vécu durant 7 mois (en 2014-2015) à l’occasion de mon année de césure. C’est une période dont il m’arrive régulièrement d’être nostalgique, car elle m’a permis de réaliser des voyages incroyables. Néanmoins, je reste persuadée qu’un jour nous irons nous installer véritablement en Asie, et je suis hyper ravie d’avoir immortalisé ces quelques mois en vidéo ! Bref, aujourd’hui je repensé à cette jolie période, et je me suis dit qu’il serait top de te concocter un city guide sur ce petit îlot cher à mon cœur.

Se rendre à Singapour

Singapour est une toute petite île (7 fois plus petite que Paris intra-muros), située au sud de la Malaisie, et à plus de 10 500 kilomètres (12 heures de vol) de la France. Pour la plupart des touristes, Singapour n’est qu’une escale, pourtant j’estime que l’on peut y faire un tas de choses sur 3/4 jours !

Chinatown

Les QUARTIERS DE Singapour

Si jamais tu as la chance d’un jour te rendre à Singapour, tu pourras être le témoin de l’un des melting-pots les plus réussis : tant au niveau architectural (puisque se mêlent d’immenses gratte-ciel modernes et de jolies maisonnettes colorées), que culturel (les Chinois, les Malaisiens, les Indiens, les Expats, etc.), mais aussi linguistique avec 4 langues officielles (anglais, malais, mandarin et tamoul) ! C’est véritablement ce qui fait la particularité de cette destination. Voici donc un condensé des visites que j’ai pu faire et mon avis sur celles-ci :

Little India, Arab Street Bugis

On commence la visite par l’attachant quartier de Little India : ici j’ai pu découvrir pour la première fois, la beauté de la religion hindouiste grâce aux nombreux temples qui y ont été érigés. C’est aussi l’endroit idéal pour les fans de saveurs indiennes, je te recommande d’ailleurs Muthu’s Curry ! Outre le plaisir des papilles, le dépaysement se poursuit dans les rues dans lesquelles je te conseille de te perdre, où l’on parle et chante majoritairement hindou. Enfin, je te suggère d’aller faire un tour à l’incontournable Mustafa Center, la version non fictive de la caverne d’Alibaba  😉Little India

Le deuxième endroit où je t’emmène est Arab Street et ses ruelles juxtaposées (dont Haji Lane) qui font la part belle au street-art, surplombées par la divine Mosquée Sultan. Comme le nom de la rue l’indique, il s’agit de partie orientale de la Ville du Lion. Outre les délicieuses murtabaks de chez Zam zam auxquelles tu devras absolument goûter, n’hésite pas à aller siroter un thé glacé dans l’un des nombreux cafés installés dans les alentours. Si je devais n’en choisir qu’un, je te dirais de foncer chez La Marelle rien que pour la déco vraiment trop mignonne !

Arab street

Quand tu estimeras en avoir assez vu, dirige-toi vers le Bugis Street Market, situé en face du mall Bugis Junction. Dans ce drôle de marché couvert, tu pourras faire des emplettes dans les petites échoppes qui vendent des souvenirs parfois cool à un prix dérisoire ! Pour les fashionistas, elles y trouveront toutes les fringues adulées par la jeunesse singapourienne, tandis que leurs mecs iront flâner près des stands de stree food et de jus de fruits frais  😀

Bugis

Macritchie Reservoir

C’est la promenade sportive que j’ai le plus aimée à Singapour ! Sous une épaisse forêt tropicale, on traverse des ponts suspendus à plusieurs dizaines de mètres du sol (tree-top-walk), on croise des animaux dont on n’aurait jamais soupçonné l’existence, et surtout on se coupe du monde le temps d’une randonnée.

Chinatown

La communauté chinoise représente de loin le principal groupe ethnique de la Cité-Etat. Leur influence est telle qu’elle a donné naissance un nouveau dialecte : le singlish, mélange de chinois et d’anglais ! Outre ce fun fact, il faut noter que Singapour abrite le premier quartier au monde auquel on ait donné la désignation de “Chinatown” (tremble Paris 13…) ! Ainsi, s’organise un fascinant dédale de rues et de bâtiments dans lequel on retrouve l’impressionnant Buddha Tooth Relic Temple, mais aussi des dizaines de stands (Smith Street) qui vendent les mets les plus appréciés de l’Empire du Milieu, ainsi que le plus célèbre des food courts : le Maxwell Road Hawker Centre.

Chinatown

Orchard Road

Si je devais résumer Orchard Road en une phrase, ce serait : les Champs Élysées de Singapour ! Sur cette avenue s’enchaînent les malls et les boutiques de luxe où se ruent tous les nouveaux riches, à la recherche du Vuitton le plus monogrammé ! Un brin superficiel, ce quartier reste tout de même sympa à visiter. A contrario, à deux pas d’Orchard, ne manque surtout pas d’arpenter les rues paisibles d’Emerald Hill Road, où se dressent de sublimes maisons coloniales : un havre de paix, comparé à la folie des centres commerciaux !

Marina Bay

En fin d’après-midi, quand la chaleur se fait moins écrasante, je te recommande d’aller visiter les Gardens by the bay. Dans ce cadre à couper le souffle, tu pourras t’émerveiller des prouesses architecturales, qui semblent tout droit sorties du film Avatar. Culminant à 50 mètres, ces constructions en forme d’arbres regroupent une dense flore tropicale. Je t’avais d’ailleurs donné mes conseils pour y grimper  😎 Bien sûr, il y a des dizaines d’autres promenades à parcourir, toutes aussi intéressantes. Néanmoins gare à toi, on trouve dans ces jardins plusieurs espèces de plantes carnivores.

Marina Bay

Là où se dresse leur Tour Eiffel à eux, le Marina Bay Sands, on a une vue incroyable sur la skyline singapouriene. Le célébrissime hôtel où a été érigée la piscine la plus dingue de la planète, ouvre les portes de son bar panoramique “Cé La Vie” au public. Les deux seules conditions : être bien habillé et consommer !

Marina Bay Sands

Katong, GEYLAND et East Coast Park

Katong c’est un joli quartier résidentiel que je t’avais montré en photo, tant il est instragram-friendly. On y trouve de mignonnes shophouses (maisons traditionnelles mitoyennes) pastel : bref, un joli arc-en-ciel de couleurs au cœur de la Ville du Lion.

Geyland, c’est historiquement le quartier olé olé de Singapour (on y trouvait des maisons de joie), mais qui pourtant a son charme et attire de nombreux expats, grâce à son attractivité !

L’East Coast Park est le plus grand parc que compte l’île. Situé en bord de mer, il jouit d’une localisation idéale pour s’échapper du tumulte de la ville. On peut y promener, se baigner (même si je le déconseille vu la proximité des porte-conteneurs), faire du vélo, camper, ou simplement y déguster un plateau de fruits de mer…

Sentosa

Accessible par navette ou à pied (25 min) depuis le centre commercial VivoCity, l’île de Sentosa est le temple du divertissement à Singapour ! On y trouve les studios Universal, de nombreuses attractions (golf, simulateur de chute libre, restaurants), mais aussi un bout de plage ! Nous avions d’ailleurs participé au Holi Festival, la fête des couleurs célébrée par les hindouistes !

Sentosa

Clarke Quay

Dans cette zone animée où sont regroupés de nombreux clubs et bars branchés, se trouvait autrefois le principal point d’amarrage de la rivière Singapour. Aujourd’hui où y croisent essentiellement la jeunesse singapourienne et les expats venus boire un verre après le boulot, et se déchaîner sur le dancefloor des boîtes de nuit ! C’est aussi un endroit à la cool pour dîner au bord de l’eau.

Clarke Quay

Pulau Ubin

Il suffit d’une traversée en ferry de quelques minutes depuis Changi Beach, pour rejoindre Pulau Ubin. On y découvre un îlot abritant un kampong (village traditionnel), des sentiers fourrés en plein milieu la mangrove, et des plages où seule la faune locale semble autorisée à se dorer la pilule ! Pulau Ubin, c’est l’endroit idéal où passer son samedi à vélo loin des sentiers touristiques, et je t’y avais emmené en vidéo  😛

Botanic Gardens

Tous les guides recommandent cette visite exotique au cœur de la Ville du Lion. Et pour cause, on y trouve parmi les spécimens les plus rares de la planète, ainsi que l’une des plus belles serres d’orchidées ! Pour avoir un aperçu, n’hésite à regarder mon vlog.

Fleur de lotus

Bukit Timah

Étendue sur environ 164 hectares, la réserve naturelle de Bukit Timah est une forêt équatoriale qui abrite plus de 500 espèces animales. Outre les nombreux singes farceurs, j’y ai croisé des randonneurs et des amateurs de VTT, venus faire communion avec la partie encore sauvage de Singapour. Je t’avais d’ailleurs montré en vidéo quelques plans de la carrière 

Où loger à Singapour ?

Si jamais tu as les moyens ou seulement l’envie de flamber, pourquoi ne pas te payer une chambre le temps d’une nuit au Marina Bay Sands ! Autrement, je te conseille de prendre un hôtel autour de la station Dhoby Ghaut (le Jen 4* est vraiment canon), ou vers Serangoon si tu as un budget plus restreint ! Bien entendu, il reste toujours la solution AirBnB. Singapour étant une île d’une petite superficie, tu ne seras jamais véritablement loin du “centre” !

Singapour

Se déplacer à SingapoUR

Il est très facile de se déplacer en métro à Singapour, via le Mass Rapid Transit (MRT). Propre, moderne, et rapide, il dispose de 4 lignes principales qui desservent  très bien la ville (de 5H30 à 00H30 environ). Concernant son coût, il est extrêmement raisonnable puisque Singapour a fait le choix de facturer ses utilisateurs selon la distance parcourue ($1 à $3). Le plus pratique c’est de se munir d’une carte EZ-Link (l’équivalent de la Oyster Card), qui peut être rechargée “top up” à loisir.

Voici pour mon city guide des spots incontournables de Singapour ! Les connaisseurs remarqueront que je ne me suis que moyennement aventurer hors des sentiers touristiques traditionnels. C’est tout simplement que j’estime que certains lieux méritent que je leur dédie un article spécifique. D’autre part, je te donne des tas d’autres idées de sorties dans mes carnets de bord mensuels :

Crédit photo de couverture : Pixabay